Commerce conversationnel : Amazon Echo débarque en France

Près de 10 mois après l’arrivée de Google Home, Amazon déploie finalement le 6 juin sa propre enceinte connectée, Amazon Echo, reposant sur son assistant personnel vocal Alexa.


Les enceintes Echo Dot, Echo et Echo Sport d'Amazon - Amazon

Amazon propose ainsi sur le marché français sa tour Echo pour 99 euros, sa version réduite Echo Dot pour 59 euros et la version avec écran intégré Echo Sport pour 65 euros. L’outil permet, sur simple demande orale, de lancer de la musique, vérifier la météo et le trafic, poser des questions sur l’actualité ou même commander les équipements domotiques du logement.

Mais là où Alexa fait toute la différence avec Google Home, c'est sur sa capacité commerciale. Connecté directement au portail de vente Amazon, l’un des outils de base permet de commander un produit sur simple demande vocale, puis de suivre la livraison par le même biais. A l’instar de l’offre Google, Alexa entend par ailleurs permettre à des marques tierces de développer leur propre application pour le dispositif.

Reste à savoir si Amazon Echo ne paiera pas ce lancement tardif en France par rapport à son principal concurrent. Amazon était un précurseur du domaine, avec un lancement d’Echo outre-Atlantique dès 2014. Mais le dispositif doit faire face depuis à la remontée en flèche de Google Home. Selon une étude Strategy Analytics, si Alexa totalise 43,6 % de parts de marché, Google est en quelques mois remonté à 26,5 %, devançant Alibaba (7,6 %), Apple (6 %) et Xiaomi (2,4 %). De son côté, interrogé par FashionNetwork.com, Samsung assure qu’une version française de son assistant Bixby est toujours à l’ordre du jour, sans cependant avoir une date de lancement à annoncer.

Démonstration d'Amazon Echo (2016)

Le commerce conversationnel pourrait représenter, après le m-commerce, la prochaine grande révolution de la vente en ligne, comme le soulignait récemment FashionNetwork.com. Selon OC&C, le « Voice Shopping » devrait même représenter 32,3 milliards d’euros de ventes dès 2022. « Je pense que le secteur de la mode sera très loin d’être exclu du jeu. Cela reste l’un des univers les plus vendus en ligne », estimait en début d'année Marc Lolivier, vice-président de la confédération E-commerce Europe, dans une interview.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversInnovations