E-commerce : les députés européens approuvent la fin du géoblocage

Dans son effort pour établir un marché en ligne unique, l'Union européenne entend lutter contre le blocage géographique des acheteurs sur Internet. Les députés européens se sont prononcés, lors d'un vote en commission ce mardi 25 avril, en faveur d'un texte interdisant aux e-commerçants de traiter différemment les internautes selon leurs pays de résidence.


L'Europe veut mettre fin aux discriminations entre cyberacheteurs européens - DR

Le projet législatif établit que « les vendeurs en ligne ne pourront pas discriminer les clients d’autres pays de l’UE en ce qui concerne les conditions générales, notamment les prix, sur la base de leur nationalité, de leur lieu de résidence ou même de leur localisation temporaire », ont ajouté les députés dans un communiqué.

Le texte s'appliquera notamment aux sites de commerce électronique tels que Amazon, Zalando et eBay, et interdira notamment aux détaillants en ligne de rediriger automatiquement les clients vers leur site web domestique sans leur consentement. Une étape qui doit encore passer par une négociation avec les Etats membres.

L’objectif est de mettre un terme au géoblocage divisant pour l’heure l’offre en ligne sur le Vieux Continent, et ainsi d’encourager les achats en ligne transfrontaliers. Au niveau mondial, ces derniers ont représenté en 2016 plus de 50 % des commandes passées sur Internet, notamment au travers de marketplaces de grande envergure telles Amazon, Zalando et Ebay.

Mais la principale difficulté de la négociation à venir porte moins sur la partie commerciale que sur la gestion du droit des œuvres. Le texte validé par l’Europe intègre les services de musique en streaming tels que Spotify et Itunes. Offres qui se conforment pour l’heure aux accords nationaux encadrant les œuvres. Une autre difficulté porte sur les offres en ligne de location de véhicules, qui pourraient pâtir de la possible nouvelle réglementation.

Selon une étude Eurostat, le nombre de consommateurs européens ayant réalisé des achats transfrontaliers s'est élevé à 32 % en 2016, contre 25 % en 2012. Néanmoins, tous les pays n’en sont pas au même point. Une étude Paypal réalisée l’an passé montre que si 54 % des cyberacheteurs d’Europe de l’Ouest indiquent avoir déjà acheté à l’étranger, un large écart sépare l’Irlande (80 %) de l’Allemagne (31 %).

Un déséquilibre qui se retrouve également chez les e-commerçants. En France, ils sont ainsi 64 % à vendre à l'international, devant les Espagnols (61 %), les Allemands (59 %), les Italiens (55 %) et les Britanniques (56 %). Néanmoins, nombre de pays et de sites, avant même de se heurter aux difficiles enjeux logistiques d’une livraison européenne, abdiquent encore dès l’étape de traduction du portail dans une langue étrangère.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Innovations