Galimmo joue la conciliation pour moderniser ses galeries marchandes

Galimmo, la structure foncière en charge de la gestion des galeries marchandes attenantes à 65 hypermarchés Cora, met sur pied un programme de concertation avec les marques et les riverains pour préparer la modernisation de ses surfaces. Une démarche initiée il y quelques mois sur la commune de Publier, en Haute-Savoie, et qui va se décliner à Rennes et Colmar.


Le futur Shop'in Houssen de Colmar - Galimmo

A Publier, Galimmo avait décidé de réunir autour de la table clients historiques de l’hypermarché, commerçants de la galerie, employés, voisins et associations locales afin de les faire réfléchir au futur de la galerie en termes d’architecture, d’offre et de services. « Ce n’est pas un concept marketing, explique à FashionNetwork.com Eric Ravoire, directeur général adjoint de la foncière, à l’occasion du salon parisien Siec18. Cora a un ancrage territorial fort. Pour renforcer ce dernier, nous passons d’une démarche partant d’en haut à une approche ‘bottom-up’, qui part de nos clients et commerces. Et nous nous sommes aperçus que cela a aussi un effet vertueux sur les démarches d’autorisations. Désormais, toutes nos démarches se feront sur ce mode ».

C’est ainsi que Galimmo lance la préparation d’une modernisation de la galerie marchande Shop’in Pacé à Rennes. L’objectif est de démarrer les travaux en fin d’année pour une fin de chantier au printemps 2020, portant l’espace à 19 560 mètres carrés, dont 9 660 mètres carrés de galerie proposant 75 boutiques. La commercialisation est lancée, avec notamment pour volonté de renforcer l’offre mode, cosmétique et restauration. En parallèle sont menées les modernisations de Shop’in Lempdes (Clermont-Ferrand), Shop’in Ermont, dans le Val-d'Oise, et de la galerie Cora de Villeneuve d’Ascq-Flers, toutes attendues pour fin 2019 et début 2020.

D’ici là sera dévoilé le nouveau visage du Shop’in Houssen de Colmar, avec notamment un H&M de 2 000 mètres carrés, tandis que Sephora doublera sa surface pour disposer de 400 mètres carrés. Kiabi, Truffaut, Gémo, la Halle et C&A seront également présents. Sur 25 260 mètres carrés, l’espace proposera une galerie de 11 000 mètres carrés, commercialisés à 80 % sur une offre moyen-haut de gamme. Galimmo entend faire de ce Shop’in le site de référence de l’agglomération, l’une des plus riches d’Alsace et l’une des rares communes de cette taille proposant un centre-ville à très bas taux de vacance commerciale (moins de 7 %).


Le futur Shop'in Pacé de Rennes - Galimmo

« Nous avons la chance d’avoir un patrimoine dont certains actifs sont des acteurs de leur territoire depuis 50 ans, explique Eric Ravoire. Et bien souvent les villes, en s’étendant, ont rattrapé nos sites, les ramenant dans le péricentre. Quoi qu’il arrive, la sauvegarde des centres-villes ne se fera pas en créant des friches aux entrées de villes ». Quant à la place de l’habillement dans le mix commercial des galeries marchandes, le responsable confirme le recul. « Aujourd’hui, on est à environ 20 % d’offre ‘fooding’, contre 10 % au début des années 2000, explique-t-il. Cela se fait au détriment de l’offre d’habillement, qui pesait historiquement 50 %, et se réduit peu à peu à 40 %. Cela tient notamment au fait qu’il devient essentiel de faire vivre son site le soir, par la restauration ou le cinéma ».

Galimmo est à la tête d’un parc de 51 galeries en France, sept en Belgique, une au Luxembourg et six en Roumanie. Un parc évalué à la fin de l’exercice 2017 à 1,1 milliard d'euros, dont 606,2 millions d’euros en France (+4,7 % à périmètre constant), générant 34,9 millions d’euros de revenus locatifs, tandis que 156,9 milliard d’euros de projets sont actuellement en développement dans l'hexagone.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversBeauté - DiversArt de vivre - DiversDistribution