Il était une fois... des costumes de contes de fées à Moulins

Moulins, 6 avril 2018 (AFP) - Cendrillon, La Belle au bois dormant, Casse-Noisette ou Peau d'âne, une exposition au Centre National du Costume de scène (CNCS) de Moulins (Allier) dévoile comment le spectacle vivant réinterprète les personnages de contes de fées sous des esthétiques les plus diverses.


Costume exposé par le CNCS dans le cadre de la thématique « Conte de fées » - Florent Giffard

L'exposition, qui a ouvert en ce début avril et se tiendra jusqu'au 16 septembre, réunit plus de 150 costumes, de nombreuses maquettes et des extraits de spectacles d'une quinzaine de contes souvent connus de tous depuis la plus tendre enfance.

Chaque salle, immergeant le visiteur dans un château délabré ou une bibliothèque géante, est dédiée à un récit où l'extraordinaire se mêle à la fantaisie. Baroques ou résolument modernes, les styles s'affrontent, comme ces robes de princesses, de fées et de sorcières en tulle, pourpoints de soie ou de velours, brodés de perles ou de paillettes; jusqu'à celles inspirées de la haute couture contemporaine, affectionnant les tatouages et les musculatures visibles.

« Les contes, notamment ceux de Charles Perrault offrent aux costumiers un terrain de jeu fertile à l'expression de leurs imaginaires, qui peuvent être très différents d'un costumier à un autre. On est parfois très loin de l'univers de Walt Disney. Non, toutes les robes de princesses ne sont pas forcément roses », s'amuse Martine Kahane, conservateur général et commissaire de l'exposition.

Pour certains contes, comme Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, les costumiers se permettent toutes les excentricités avec cette robe bustier et cette jupe à cerceaux rappelant le jeu de cartes pour le personnage de la Reine de Coeur ou cette redingote à carreaux, à l'élégance très britannique, pour le personnage du Lapin Blanc.

D'autres encore éclatent de couleurs et de dorures à l'image de ces manteaux japonais géants composés de patchworks de satins colorés ou lamés pour le Coq d'or, opéra de Nikolaï Rimski-Korsakov, adapté d'un conte en vers d'Alexandre Pouchkine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Evénements