Jeanología veut créer sa norme de mesure d'impact écologique

Jeanología accompagne les marques dans la réduction de leur empreinte écologique. La société spécialisée dans les technologies textiles a développé un outil appelé Environmental Impact Measuring (EIM) [mesure d’impact écologique, NDLT], un logiciel capable d’analyser l’impact sur l’environnement de l’industrie de la mode.

Le défi de Jeanología consiste à réduire de 85 % les consommations d’eau et de produits chimiques - Jeanologia

L’EIM, dont l’objectif est de permettre de créer une norme pour mesurer l’empreinte écologique des procédés de fabrication, se concentre sur la réduction de la consommation d’eau et de produits chimiques dans les usines. Des marques comme M&S, Tommy Hilfiger ou H&M utilisent déjà ce genre d’outils.

La société s’est fixé l’objectif d’arriver à aboutir à des économies d’eau et de produits chimiques de 85 % dans les prochaines années. Elle prend pour point de départ les données collectées avant le lancement de sa première installation, Laundry 5 Zero, un système de lavage qui associe les technologies laser, ozone, eflow et H2Zero pour essayer de ne générer ni déchets ni pollution.

En 2017, selon les données de l’entreprise, les technologies de Jeanología ont contribué à des économies de huit millions de mètres cubes d’eau. C’est l’équivalent de la quantité nécessaire à la consommation humaine de la ville de Bilbao pendant un an.
 
Ces calculs tiennent compte des résultats de l’utilisation des technologies laser, ozone et « eflow » dans les 60 pays où Jeanología est présente. En plus des économies d’eau, ces technologies influent également sur la consommation d’énergie et de produits chimiques, et sur le rendement industriel.
 
« Nous travaillons chaque jour pour arriver à une industrie textile complètement durable, a déclaré Enrique Silla, le directeur exécutif de Jeanología. Pour cela, nous unissons nos forces avec les principales marques et fournisseurs pour garantir une pollution zéro, en éliminant les émissions dangereuses et les résidus, en plus de réduire drastiquement la consommation d’eau, de produits chimiques et d’électricité au cours du processus de fabrication. »
 
Fondée en 1993, la société espagnole compte actuellement des clients sur les cinq continents et 90 % de son chiffre d’affaires sont réalisés à l’export. Elle propose ses machines et ses services dans 60 pays.

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

TextileIndustrie