L'entreprise de tricotage alsacienne SNTM ferme définitivement ses portes

Après trois ans de difficultés financières et un sursis accordé par la justice, la dernière entreprise de tricot d’Alsace disparaît. Le tribunal de grande instance de Saverne vient de prononcer la liquidation définitive de la Société Nouvelle de Tricotage de Marmoutier (SNTM), qui comptait une cinquantaine d'employés.


La SNTM employait une cinquantaine de personnes. - SNTM

La liquidation avait initialement été prononcée en mai, mais un sursis avait été accordé par la justice dans l’optique de trouver un repreneur. Le TGI a finalement refusé la reprise via une Scop (société coopérative et participative) constituée par les salariés, tandis que la société Bugis, basée dans l’Aube, avait un temps exprimé son intérêt.

Fondée en 1923, l’entreprise s’était spécialisée dans le tricotage et la confection de vêtements haut de gamme en maille tubulaire fine. La SNTM exportait 20 % de sa production, travaillant avec des marques de prêt-à-porter françaises, mais aussi européennes et japonaises, de même qu’avec des grands magasins et pure players. La structure a notamment récemment collaboré avec le Slip Français.

Des problèmes de trésorerie s’étaient posés dès 2015. Durant l’été 2017, la structure doit se résoudre à céder à la commune de Marmoutier ses 65 ares de terrain, permettant de débloquer 650 000 euros de fonds à partir de l’automne suivant. Mais dans l’intervalle, la structure ne serait pas parvenue à obtenir des banques un prêt relais de 400 000 euros.

Il s’agit d’un coup dur pour la commune du Bas-Rhin de 2 800 habitants, qui aurait selon France 3 connu la disparition de 12 entreprises et 700 emplois ces dernières années. La SNTM était une entreprise homologuée Alsace Terre Textile, groupement représentant une filière de 250 sociétés cumulant 8 500 emplois, souvent porteuses de savoir-faire anciens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

TextileIndustrie