Le LVMH Innovation Award décerné au français Oyst

A l'occasion du salon Viva Technology, qui se tient à la Porte de Versailles du 24 au 26 mai, le groupe de luxe LVMH a décerné son douzième « LVMH Innovation Award » à la société française Oyst. Celle-ci a développé une solution d'achat en un clic, directement à partir de la page produit d'un portail de vente, sans avoir à entrer de données supplémentaires. 


Bernard Arnault au milieu des représentants des start-up finalistes du LVMH Innovation Award, le 25 mai 2018 à Viva Tech - FashionNetwork.com/MG

Fondée par Julien Foussard, la société Oyst a donc pour ambition de rendre l'achat en ligne absolument sans couture en permettant aux consommateurs, via ses services, de procéder à un achat en un seul clic du produit, sans entrer ni mot de passe, ni adresse de livraison, ni coordonnées bancaires.

Le jury de cette douzième édition du LVMH Innovation Award a par ailleurs accordé une mention spéciale à deux autres start-up. D'une part Kronos Care, société parisienne ayant conçu une solution omnicanale destinée aux marques et distributeurs. Et de l'autre Vechain, start-up de Singapour qui a développé un écosystème en blockchain pour la mise en commun des informations permettant d'authentifier un produit et d'identifier les contrefaçons.

« La technologie est importante dans notre manière de faire des affaires, elle apporte de l'agilité, de nos artisans jusqu'à nos détaillants, a expliqué, en anglais, le PDG du groupe LVMH, Bernard Arnault. La technologie profite à la qualité, à la créativité et à l'ensemble des produits de luxe. La France est en train de devenir, et j'en suis heureux, un pays d'entrepreneurs et de technologies. Dans les dix prochaines années, nous verrons naître en France et en Europe des sociétés qui deviendront des géants mondiaux. Et c'est à cela que l'Innovation Award veut aider. »

« Ces start-up, elles grandissent avec nous et nous grandissons avec elles », a-t-il ajouté. 

Une trentaine de finalistes, français, américains, canadiens, chinois, coréens ou israéliens, avaient été retenus parmi 800 candidatures reçues par LVMH. Une sélection opérée dans 17 catégories, allant du retail à la vente en ligne en passant par les réseaux sociaux, l'intelligence artificielle, la blockchain, le développement durable ou encore la lutte contre la contrefaçon.

Avaient également été retenues parmi les finalistes les sociétés Akoustic Arts, Alcméon, Algiknit, Aryballe, Arylla, Aveine, Bobbli, Cityshake, Echy, Foko Retail, FTSY, Haptic Media, Hero, Icare Technologies, Kuaizi et Malong. Mais également Mercaux, Mystore, Orbis, Paperscent, SGNL, Southpigalle, SpartedSpoon, Upterior, VisioPM et Wearable Media.

Le jury comptait notamment dans ses rangs Alexandre Arnault, PDG de Rimowa et fils de Bernard Arnault, José Neves, fondateur et PDG de Farfetch, Ginni Rometty, PDG d’IBM, et Jimmy Iovine, cofondateur de Beats Electronics. 

Cette remise de prix intervient quelques semaines après l'installation, fin avril, de l'accélérateur de start-up du groupe LVMH à Station F. Le programme, baptisé « Maison des Startups », met à disposition « 89 postes de travail » pour « deux promotions de six mois », avec « l'ambition d'accueillir 50 start-up internationales à l'année », expliquait alors le groupe.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversInnovations