Le textile italien retrouve des couleurs

Les tisseurs italiens récupèrent du terrain en 2017. Les chiffres publiés ce mardi à l’occasion de l’inauguration de Milano Unica, le salon de référence du textile italien qui se tient jusqu’au 8 février dans les pavillons de la foire milanaise à Rho, révèlent en effet une inversion de tendance pour le secteur après deux années de recul.

Certains des tissus exposés à Milano Unica - FashionNetwork.com ph DM

D’après les estimations publiées par le centre d’études de SMI, l’organisme patronal de l’industrie de la mode italienne, s’appuyant sur les données de l’institut de statistique transalpin Istat, le chiffre d’affaires des tisseurs made in Italy s’est élevé à 7,94 milliards d’euros en 2017, enregistrant une croissance de 1,3 %.

Cela correspond à 15 % du chiffre d’affaires de l’ensemble de la filière du textile et de l’habillement. Mais si l’on se concentre sur le seul solde de la balance commerciale, avec un excédent de 2,3 milliards d’euros annoncé pour 2017, « on note que ce résultat contribue à hauteur de plus de 25 % au solde commercial positif de toute la filière mode et textile », souligne le président du salon, Ercole Botto Poala.

« La Chine, avec Hong Kong, constitue désormais de manière stable le premier débouché pour nos tissus, nos exportations y enregistrant un bond de 12,4 % sur les dix premiers mois de 2017. Les exportations vers les pays extra-européens ont augmenté également de 1,8 %, tandis que celles vers l’Union européenne ont diminué de 1,1 % », poursuit-il.

A noter les bons résultats des tissus italiens commercialisés vers les Etats-Unis (+6,8 %) et l’Espagne (+7,7 %), tandis que les ventes vers le Royaume-Uni et l’Allemagne stagnent (respectivement -0,1 % et -0,5 %). Celles vers la France reculent de 1,6 % et celles vers la Roumanie de 5,8 %.

Du côté des importations, elles ont diminué en provenance des pays mûrs, surtout la France, les Etats-Unis et l’Espagne. En revanche, elles ont augmenté en provenance du monde asiatique (Indonésie, Chine, Pakistan). « Nous avons peut-être baissé le niveau de qualité de nos importations. Cela signifie aussi que ces pays ont cru aux vertus de l’innovation bien avant nous. Cela devrait nous faire réfléchir », analyse le président de SMI et de Confindustria Moda, Claudio Marenzi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

TextileMode - DiversLuxe - DiversIndustrie