Luxe : la phase de ralentissement de la croissance est passée selon Deloitte

 Dans un environnement économique instable, les géants du luxe seraient parvenus à surmonter le ralentissement de la croissance des ventes, tandis que les acteurs du secteur auraient réussi à maintenir leurs marges, selon une étude du cabinet Deloitte. Comme l’indique le rapport Global Powers of Luxury Goods 2018, qui montre la position renforcée des leaders européens du secteur, les dix plus grosses structures mondiales du luxe ont brisé l’essoufflement précédemment ressenti.


Top 100 des groupes de luxe par chiffre d'affaires - Deloitte

« Il y a des preuves que 2016 (année sur laquelle porte le rapport, ndlr) marque la fin du ralentissement qu’à connu la croissance des marques de luxe pour ces sociétés, pointe Deloitte. Le Top 10 des sociétés de luxe (…) contribue pour près de la moitié des ventes du Top 100. Les trois premiers, LVMH, Estée Lauder et Richemont, affichent des croissances à deux chiffres chaque année depuis cinq ans. La croissance des ventes a ralenti pour la plupart des entreprises, en partie à cause de la comparaison avec des taux de croissance élevés stimulés par les taux de change, mais reflétant aussi l'environnement économique difficile et la faiblesse de la demande des consommateurs pour les produits de luxe ».

Sur l’exercice 2016 (courant en fait jusque juin 2017 pour les exercices décalés), les sociétés du Top 100 auraient généré 217 milliards de dollars de ventes de produits de luxe. Soit une croissance assez légère de 1 %, contre 5,8 % l’année précédente à taux de change comparables. Sur l’ensemble du panel, 57 sociétés ont néanmoins dopé leurs ventes, dont 22 atteignant même une croissance à deux chiffres. A l’inverse, dix sociétés ont connu des chutes de ventes à deux chiffres sur l’année, dont deux sociétés du Top 10 : Swatch Group et Ralph Lauren.


Canada Goose arrive en tête des sociétés de luxe à forte croissance - Deloitte

« Cependant, l’exercice 2016 semble avoir marqué le point culminant du recul de croissance des ventes de produits de luxe pour la plupart des sociétés, nuance le cabinet Deloitte. Les premiers chiffres réunis pour l’exercice 2017 montrent en effet un renforcement des performances ».

Deloitte note surtout une solidité certaine des marges des groupes de luxe, qui n’ont connu à l’échelle du Top 100 qu’une « légère inflexion ». Ainsi, parmi les 80 sociétés du Top 100 révélant leurs taux de marge, le bénéfice moyen n’a chuté que de 0,7 % pour s’établir à 8,8 %. Plus de la moitié des sociétés auraient amélioré leurs résultats nets par rapport à l’année précédente. Sur les 19 sociétés affichant une marge bénéficiaire à deux chiffres, 9 sont présentes au Top 20. Onze sociétés ont connu des pertes, contre neuf un an plus tôt.


Croissance des ventes de luxe par domaines d'activité - Deloitte

« Seules cinq entreprises ont réalisé à la fois une croissance à deux chiffres des ventes de produits de luxe et une marge bénéficiaire nette à deux chiffres, contre huit dans le rapport de l'an dernier, relève Deloitte. Pandora et Moncler sont les plus performantes : ces deux sociétés ont enregistré une croissance à deux chiffres et des marges bénéficiaires pour tous les exercices de 2014 à 2016. Les entreprises de mode britanniques Burberry et Barbour, ainsi que Kate Spade (avant son acquisition par Coach), ont été les autres grands gagnants de l'exercice 2016 ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversBusiness