Majestic Filatures distingué pour sa santé financière

C'est une année faste qu'a connue la marque Majestic Filatures en 2016. Outre la progression de 14,8 % de son chiffre d'affaires pour atteindre un nouveau palier à 32,2 millions d'euros, la griffe de maille haut de gamme a également franchi un cap en matière de développement retail, en passant de cinq à vingt boutiques en propre. Une accélération dans son développement qui lui a valu de se voir récemment décerner le "Grand Prix des Entreprises de Croissance" dans la catégorie Luxe, Design et Mode, coorganisé par le ministère de l’Économie et des Finances, le groupe Leaders League, le Medef et BPIFrance.


Campagne printemps-été 2017 incarnée par Arizona Muse, égérie de la marque Majestic Filatures - Majestic Filatures

« Cela nous conforte dans nos choix stratégiques et illustre bien le fait que nous passions à une autre étape ; nous renforçons notre organisation pour cela », explique Roland Chelly, cofondateur de la marque avec Franck Ellia en 1989. En affirmant son positionnement sur le t-shirt haut de gamme, les dernières années ont en effet permis à la griffe de changer de statut. Celle-ci devrait dépasser les 37 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017, voire même plus si elle parvient à maintenir une croissance à deux chiffres, ce que prévoit Roland Chelly.

Pour franchir cette étape, la griffe s'est entourée d'un nouveau directeur général en la personne de Said Amriou, qui s'est notamment distingué par le passé aux commandes de Chevignon pendant une longue période. Celui-ci a notamment travaillé sur le passage à la nouvelle dimension retail et l'intégration des boutiques et des équipes de la marque Ventilo que Majestic a repris devant le tribunal de commerce l'an dernier. C'est notamment par ce biais que la griffe a pu agrandir son parc, grâce à la conversion de douze boutiques de Ventilo, label que ses nouveaux propriétaires entendent relancer ultérieurement.

Mais Majestic procède également à de nouvelles signatures d'emplacement, comme en Belgique. La marque va ainsi ouvrir ses deux premières boutiques outre-Quiévrain, à Bruxelles. Une ouverture aura lieu dès cette fin juin, rue Antoine Dansaert, avant une seconde en septembre, avenue Louise. 

« Notre stratégie est de parvenir à faire cohabiter le réseau multimarque, qui reste le plus important pour nous (un millier de revendeurs dans près de 40 pays, ndlr), et un réseau de boutiques qui doit rester raisonnable, avec des points de vente d'image dans les grandes villes en France et à l'étranger », explique Roland Chelly. Tout en préparant un nouveau concept boutique pour la fin de l'année rue Saint-Honoré à Paris, la marque cherche de nouveaux emplacements à Bordeaux, Toulouse et Lille, ainsi qu'en Europe du Nord et en Italie.

Majestic Filatures attribue d'ailleurs sa bonne santé financière à son assise internationale. La marque réalise près des trois quarts de son chiffre d'affaires hors de France depuis un long moment, et les Etats-Unis sont d'ailleurs son premier marché. Outre le déploiement de ces boutiques "image", la griffe compte sur plusieurs autres relais de croissance pour la suite de l'aventure : le digital est encore peu développé, par exemple, la collection masculine est sous-représentée, et enfin, de nouvelles catégories de produits vont être lancées. La première d'entre elles sera le pull tricoté, qui, en plus d'intégrer la collection principale, fera l'objet à la rentrée prochaine d'une capsule spéciale signée par l'égérie, la top Arizona Muse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER