Mytrendymarket, nouvelle place de marché dédiée aux invendus des multimarques

Dans un contexte économique tendu, les excédents de stocks pèsent sur la trésorerie des commerçants de détail, notamment les multimarques de mode. Partant de ce constat, Stéphanie Lefèvre-Sory, journaliste de formation et bloggeuse, a lancé en octobre 2016 Mytrendymarket, une place de marché leur permettant de vendre facilement en ligne les pièces des saisons passées non écoulées.


Mytrendymarket, une marketplace dédiée aux multimarques de mode.

« J’ai constaté que beaucoup de boutiques rencontraient des difficultés financières en raison de leur stock d’invendus. Depuis plusieurs années, les marques ont résolu le problème en écoulant ces pièces sur les sites de ventes privées mais ils leurs sont réservés. Les commerçants restaient donc avec ces invendus dont ils ne savaient que faire, la vente au poids aux soldeurs n’étant pas rentable pour les boutiques haut de gamme. J’ai donc eu l’idée de créer pour eux une place de marché dédiée », explique à FashionNetwork Stéphanie Lefèvre-Sory.

Après plusieurs mois de développement est née Mytrendymarket, une plateforme ayant vocation à mettre en relation les boutiques physiques de l’Hexagone avec les consommateurs. Cette dernière, principalement destinée aux multimarques femme et enfant, permet aux clients de trouver des pièces à - 40 %, un rabais fixé par la marketplace.

« L’idée est de créer un cercle vertueux, explique la fondatrice. En étant sur ma place de marché, les commerçants touchent des consommateurs qu’ils n’auraient jamais pu approcher pour des raisons géographiques. Ils peuvent également vendre des petites quantités. Les clients, de leur côté, font des bonnes affaires et peuvent dénicher des pièces qui ne sont plus disponibles sur les sites des marques ou les plateformes de vente de prêt-à-porter ».

Mais à l’heure où les marques imposent des conditions très strictes régissant la vente de leurs pièces, quel est le modèle ? En réalité, la pièce ne quitte jamais la boutique, et cette dernière est mentionnée, comme le vendeur, sur la plateforme. Le détaillant respecte donc ses obligations contractuelles.

Dans le détail, une fois l’article choisi par l'internaute, la boutique qui le détient est informée de l’achat et dispose de 48 heures pour confirmer sa disponibilité. Quand la commande est validée, c’est encore cette dernière qui expédie l’article au client. Une livraison que l’internaute peut suivre en temps réel depuis son espace sur la plateforme.

Côté frais, Mytrendymarket prend une commission de 33 % sur la vente réalisée. « Cela peut sembler important mais en réalité cela correspond à la valeur des services que l’on propose, notamment la mise en ligne des pièces et la mise en avant des produits », souligne Stéphanie Lefèvre-Sory.

La marketplace a déjà su attirer plus d’une vingtaine de multimarques au positionnement moyen/haut de gamme. Ce qui lui permet de proposer 3 500 produits de plus de 150 marques, parmi lesquelles Isabel Marant, Sessun, Petite Mendigote ou encore Hipanema. Un catalogue qu’elle espère voir encore grossir dans les prochains mois. Pour y parvenir, elle prévoit d’effectuer une nouvelle levée de fonds, après celle qui lui avait permis de démarrer.

« Nous allons prochainement effectuer une levée de fonds afin d’accélérer notre développement. Pour l’instant, nos partenaires sont principalement dans le Sud (la plateforme est installée près de Biarritz, ndlr) mais nous souhaitons proposer des boutiques dans toute la France. Pour convaincre les détaillants, il faut aller à leur rencontre et cela mobilise du temps et de l’argent », conclut Stéphanie Lefèvre-Sory.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresLingerieBalnèaireDistribution