New York Fashion Week : des femmes actives, libérées et décomplexées

La première Fashion Week de New York de l'ère Donald Trump, qui s'est achevée jeudi 16 février, s'est voulue engagée avec des collections et des défilés ouvertement politisés. Face au contexte politique et social qui secoue les Etats-Unis, les créateurs ont souhaité remettre sur le devant de la scène de nombreuses valeurs comme la solidarité, la tolérance, la diversité et la liberté. Le tout placé au service de la femme, au centre de tous les hommages.

Cette forme de réponse face à la politique menée par Donald Trump s'est caractérisée de façons diverses et variées en fonction des shows présentés dans la Grosse Pomme. Certains créateurs ont clairement affiché la couleur avec des messages brodés ou imprimés sur les vêtements et les accessoires, alors que d'autres ont joué la carte de la subtilité avec des collections plus diversifiées que jamais et des silhouettes qui libèrent la femme de toutes contraintes.

Le ton a été donné dès les premières journées de défilés avec les désormais célèbres bandanas blancs #TiedTogether (#Liésensemble). Voulant symboliser l'unité et la solidarité, ils ont notamment été portés par les mannequins ou les directeurs artistiques durant les shows de Calvin Klein, Prabal Gurung, Tommy Hilfiger et Thakoon. Calvin Klein a d'ailleurs proposé une collection très éclectique, souhaitant rendre hommage à la diversité des Etats-Unis.

Toujours dans une ambiance très positive, d'autres maisons ont exprimé leur opinion sur le sujet. C'est notamment le cas de la maison Proenza Schouler, qui a célébré l'énergie new-yorkaise de ces dernières semaines et l'esprit combatif des Américains. Particulièrement acclamé à l'issue du show, le créateur américain d'origine népalaise, Prabal Gurung, a quant à lui mis la diversité au centre de sa collection, mais pas uniquement. Il a par ailleurs  fait défiler les mannequins rondes Candice Huffine (qui s'habille en taille 44) et Marquita Pring (46). Tout dans son défilé, de la musique - avec notamment une reprise de « Imagine » de John Lennon - aux T-shirts porteurs de messages (« Our Minds, Our Bodies, Our Power », « I'm an Immigrant », « The Future is Female », « Love is The Resistence ») a montré l'engagement du styliste.

Sur un autre registre, pour la première fois, seize femmes ayant eu un cancer du sein ont défilé, allant jusqu'à montrer leur poitrine reconstruite. Elles ont présenté de la lingerie et des tenues d'intérieur signées AnaOno, qui conçoit des vêtements spécialement pensés pour les femmes ayant subi une mastectomie ou une opération du sein.

D'une façon générale, les T-shirts, casquettes et autres vêtements à messages étaient particulièrement présents cette saison, tous porteurs de discours d'unité, de tolérance, de résistance et d'amour.

Libre et décomplexée

Plus globalement, c'est d'ailleurs la femme qui était au centre de toutes les attentions et plus exactement la femme active, qui, pour cumuler ses nombreux rôles au quotidien, s'est vue offrir une garde-robe qui allie confort et chic. Pour la saison automne-hiver 2017-2018, la simplicité et la décontraction se mettent au service du luxe et de l'élégance, offrant la possibilité à la femme d'être plus confiante que jamais, et totalement décomplexée.

Une tendance qui se traduit par des matières fluides, surtout pour les robes, mais aussi des pièces oversize (maille, vestes, pantalons, blazers). Si chez certains créateurs, la féminité est exacerbée avec une majorité de robes, chez d'autres c'est une fois de plus le confort qui l'emporte avec beaucoup de masculin/féminin. Coach donne à la femme un côté garçon manqué, quand Victoria Beckham, Taoray Wang, Ralph Lauren ou encore Thom Browne remettent le tailleur-pantalon au goût du jour, dans une version décontractée chic.

Le confort se retrouve également dans les pièces d'extérieur et les chaussures, en majorité plates. La saison sera placée sous le signe des doudounes, parkas, teddys, et vestes oversize, et des manteaux longs (Coach, Michael Kors, Tory Burch). Le tout proposé dans des matières chaudes et réconfortantes comme la fourrure et les peaux retournées.

Dans la même veine, la femme sera plus sensuelle que sexy la saison prochaine. Les vêtements suggèrent plus qu'ils ne montrent avec des jupes et robes fendues, quelques décolletés et des épaules dénudées. L'élégance est au rendez-vous avec une multitude de robes scintillantes, la plupart du temps déclinées dans des teintes sombres.

C'est à Londres que se poursuivent désormais les festivités, avec des défilés programmés du 17 au 21 février.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 AFP-Relaxnews.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés