Pierre Bergé s'éteint à 86 ans

Ancien compagnon du créateur Yves Saint Laurent, ex-PDG de sa maison de couture, mécène, grand amateur de mode et d’art, Pierre Bergé est décédé ce 8 septembre à Saint-Rémy-de-Provence, à l’âge de 86 ans.


Pierre Bergé - AFP

« Si Pierre Bergé n’existait pas, il faudrait l’inventer. Il brasse les affaires en artiste. En cela, il est unique ». C’est ainsi qu’Yves Saint Laurent, sa moitié à la ville comme aux affaires, avait défini son partenaire à la fin de la présentation de sa première collection, le 29 janvier 1962.

Pierre Vital Georges Bergé, né le 14 novembre 1930 à Saint-Pierre d’Oléron en Charente-Maritime, a passé cinquante années de sa vie auprès d’Yves Saint Laurent. Il fut à la fois son confident, son protecteur, son pilier dans la vie professionnelle, et s'est évertué à faire vivre la mémoire de son compagnon à travers ses créations après sa mort le 1er juin 2008.

 « Je me souviens du jour où nous avons décidé – mais décide-t-on dans ces cas-là ? –  que nos routes allaient se rejoindre et ne feraient qu’une »,  raconte Pierre Bergé le 5 juin 2008, jour de l’enterrement du couturier français à Paris. La rencontre a eu lieu lors d’un dîner organisé par la journaliste Marie-Louise Bousquet, représentante en France du Harper’s Bazaar, en février 1958. A cette époque, Pierre Bergé est le compagnon depuis huit ans du peintre français Bernard Buffet, dont il gère sa carrière.

Peu de temps après, l’homme d’affaires endosse le même costume pour Yves Saint Laurent et propulse la carrière de celui qui vient de se faire remarquer en tant que styliste chez Dior. « Je me souviens de t’avoir annoncé sur ton lit d’hôpital au Val-de-Grâce que tu n’étais plus à la tête de la maison de Haute Couture qui t’employait et je me souviens de ta réaction : "Alors, m’as-tu-dit, nous allons en fonder une ensemble, et tu la dirigeras" ». Une anecdote racontée par Pierre Bergé lors des funérailles de son compagnon et relatée dans son livre "Lettres à Yves", publié aux éditions Gallimard en 2010.

Deux années plus tard, en 1962, les deux hommes fondent la maison Yves Saint Laurent et ne se quittent plus, autant dans la vie privée que sur les podiums, en respectant chacun leur rôle, l’un à la création et l’autre à la gestion. Le duo, pacsé quelques mois avant le décès du couturier, réussit à faire de la maison Yves Saint Laurent une référence du luxe et de la mode française, en passant au-dessus de nombreuses difficultés financières et des problèmes de santé du couturier, jusqu’à son retrait le 22 janvier 2002, date de son dernier défilé Haute Couture, imaginé comme une rétrospective après 40 années de création.

Le couple nourrit une passion pour l’art. Au fil des années, ils constituent une majestueuse collection d’œuvres d’art, vendue en 2009 au Grand Palais pour un montant de près de 375 millions d’euros, une vente aux enchères, surnommée la "vente du siècle" par les médias cette année-là.

Mais la mode pour Pierre Bergé ne se résume pas uniquement à la carrière d’Yves Saint Laurent. L’homme d’affaires fonde le groupe Mode et Création pour représenter les créateurs de prêt-à-porter au sein de la Chambre Syndicale de la Mode, dont il prend la présidence en 1974, incluant Yves Saint Laurent, Christian Dior, Emmanuel Ungaro, Chloé, Dorothée Bis, Sonia Rykiel, Kenzo et Emmanuelle Khanh. Il crée aussi l’Institut Français de la Mode (IFM) en 1986, pour en faire un centre de formation et d’expertise des professionnels de la mode et du textile.

Une trajectoire bien différente de celle à laquelle il se prédestinait. Pierre Bergé, passionné de littérature, arrive à Paris à l’âge de 18 ans et ouvre sa boutique de livres en éditions originales. Il se rêve journaliste ou écrivain et côtoie Cocteau, Aragon, Albert Camus ou encore Sartre. Finalement il réussit à tout combiner.

Pierre Bergé écrit plusieurs ouvrages dont deux dédiés à sa moitié : "Lettres à Yves" et "Yves Saint Laurent : une passion marocaine". Côté journalisme, il investit en 1990 dans la création de la revue Courrier International puis dans le magazine gay Têtu cinq ans plus tard, pour finir par devenir actionnaire majoritaire du groupe Le Monde en 2010, en association avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse.

Militant reconnu pour ses engagements, Pierre Bergé ne cache pas ses idées politiques et les défend. Il soutiendra Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris et, tour à tour, plusieurs candidats à l’élection présidentielle, dont François Mitterrand, Jacques Chirac, Ségolène Royale et dernièrement Emmanuel Macron. Des prises de positions qui s'inscrivent dans la lignée de ses convictions. Pierre Bergé défend la cause homosexuelle et lutte contre le Sida en présidant d’abord l’association Arcat-Sida puis en étant cofondateur du Sidaction en 1994.

Ces nombreuses activités n’ont jamais entaché son dévouement pour Yves Saint Laurent, qu’il a honoré jusqu’à sa disparition. Pierre Bergé, nommé Grand Mécène des Arts et de la Culture en 2001, multiplie les expositions via la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, reconnue d’utilité publique en 2002 et inauguré en 2004, avec l’exposition "Yves Saint Laurent, Dialogue avec l’art". Et il ne s’est pas arrêté là.

Marié au paysagiste américain Madison Cox en mars 2017, Pierre Bergé, ancre une nouvelle fois Yves Saint Laurent et son travail dans la culture et la mémoire française avec deux musées qui seront inaugurés en octobre. L’un à Paris, au 5 avenue Marceau dans le XVIème arrondissement, ancienne adresse de la maison de couture et aujourd’hui siège de la fondation, et l’autre à Marrakech, près du Jardin Majorelle acheté par le duo en 1980, où trône la stèle du couturier.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversCréationPeople