Prix LVMH : la créativité londonienne à l'honneur

Qui pour succéder à la Française Marine Serre ? Le lauréat du Prix LVMH 2018 sera révélé ce mercredi 6 juin devant un jury composé des grandes figures du groupe de luxe français, parmi lesquelles Karl Lagerfeld, Marc Jacobs ou encore Clare Waight Keller. Retenus pour la finale, neufs créateurs venus des quatre coins du monde et autant de profils atypiques. A la clef, une dotation de 300 000 euros et le mentorat du géant du luxe pendant une année. En trois temps, Fashionnetwork.com dévoile leur parcours en commençant par les créateurs établis dans la capitale britannique, largement représentés au concours cette année : Samuel Ross, Charles Jeffrey et Rok Hwang. A ce trio s'ajoute le duo de designers français et américano-vietnamien Léa Dickely et Hung La, qui ont eux aussi choisi Londres pour faire vivre leur projet Kwaidan Editions. Leur présentation se fera dans le cadre de notre deuxième volet dédié aux tandems, à paraître demain.


Samuel Ross et sa marque A-Cold-Wall - François Goize

Samuel Ross et sa marque A-Cold-Wall ne rentre dans aucun moule. Diplômé en design graphique et illustration auprès de l'Université De Montfort à Leicester, ville voisine de Birmingham, le designer, styliste et aussi musicien, lance une première marque de streetwear baptisée 2wnt4 avant de se faire enrôler par Virgil Abloh au sein de l’agence créative développée par Kanye West : Donda. Il accompagne le futur créateur de la marque Off-White pendant trois ans, travaille sur la création de concept-stores, de scénographies, de films artistiques à la fois pour l’industrie de la mode et de la musique. En 2015, changement de cap avec le lancement de sa propre marque, A-Cold-Wall. 

Référence aux paysages urbains dans lesquels il grandit, A-Cold-Wall célèbre la street culture londonienne, celle inspirée par la classe moyenne et ouvrière britannique, son environnement et ses habitudes vestimentaires. Un reflet du paysage social interprété dans une mode pour hommes et femmes mélangeant l’esprit haute couture au streetwear. 

Travaillant sur des matériaux techniques, avec des choix de motifs et de couleurs minimalistes, privilégiant les coupes symétriques, jouant aussi sur la transparence, le vestiaire A-Cold-Wall séduit rapidement une vingtaine de points de vente dans le monde, de Barneys à New York à H.Lorenzo à Los Angeles en passant par Restir à Tokyo, Selfridges à Londres ou l’Eclaireur à Paris.

Créateur multifacette, Samuel Ross aime organiser, en parallèle des défilés de collections, des performances, installations artistiques et collaborations, à l’image de la collection de produits design et mobilier Concrete Objects, de la sortie fin 2017 du modèle de basket Air Force One A-Cold-Wall avec Nike et des scénographies d’espaces pour Barneys, Off-White et Harvey Nichols.

Samuel Ross défile pour l’homme à Londres, où il a établi son studio de création depuis janvier 2017. 


Charles Jeffrey et sa marque Loverboy - François Goize

Charles Jeffrey est lui originaire de Glasgow en Ecosse. Il rejoint Londres à l’âge de 18 ans, où il intègre la Central Saint Martins School. Inspiré par la culture "Club Kids" et par l’ébullition qui règne dans les clubs d’East London, il s’entoure d’un collectif de créatifs, musiciens, artistes, drag-queens avec lesquels il écume les soirées.

Parti trois mois se former dans les ateliers Christian Dior à Paris, il rejoint Londres où il organise ses premières soirées "Loverboy club" au Vogue Fabrics, un club gay du quartier de Dalston. Des soirées naîtront une marque, Loverboy, et un style se nourrissant de la culture club. Remarqué par Lulu Kennedy, le fondateur de Fashion East (une plateforme de soutien aux jeunes talents de la mode, également à l’origine du London Top Design Talent), Charles Jeffrey présente ses collections au sein du projet MAN à l’initiative de Topman et Fashion East, où il défilera pendant trois saisons. 

Pour sa première collection seul aux commandes (printemps-été 2018), Charles Jeffrey fait découvrir un univers fantastique de créatures défilant pour l'homme et la femme dans une ambiance joyeuse, le vestiaire passant de pièces ultra-graphiques aux impressions de collage, avec des références à Matisse ou William Hogarth, d’autres à ses origines écossaises, et un style tailoring aux inspirations punk et aux volumes décomplexés. 

Récompensé fin 2017 du prix du talent émergent lors des British Fashion Awards, Charles Jeffrey a également signé plusieurs collaborations, dont une collection capsule dédiée aux femmes pour le site Matchesfashion, et organisé l’exposition "The Come Up" à la NOW Gallery de Londres fin 2017 - précédant son défilé automne-hiver 2018 -, peuplée de sculptures en verre et PVC sorties de ses carnets d’illustrations et de quelques-unes de ses pièces de mode, une véritable immersion dans l’univers loufoque et sensible du créateur.

Sa première collection a déjà séduit quelques points de vente dans le monde, notamment Dover Street Market à Londres, New York et Tokyo, le magasin Joyce à Hong Kong et Boon the Shop à Séoul.


Rok Hwang et sa marque Rokh - François Goize

Troisième représentant du contingent londonien, Rok Hwang est né en Corée du Sud puis a grandi aux Etats-Unis, dans le Texas, à Austin. Il en part à 18 ans et rejoint lui aussi la Central Saint Martins School de Londres, où il étudie la mode féminine. Trois ans comme designer chez Céline, époque Phoebe Philo, des passages chez Louis Vuitton et Chloé, et l’envie de se lancer seul font naître la marque Rokh.

Un vestiaire dédié à la femme, à l’esprit intemporel et déstructuré, à la nostalgie twistée d’une modernité où chaque pièce est faite pour durer saison après saison. Réinterprétant les classiques, ses collections imposent des silhouettes radicales, aux tonalités de couleur neutres. L’idée d’une mode féminine brute et portable.

Rapidement, la marque est repérée par quelques points sélectifs  dans le monde, Lane Crawford à Hong Kong, L’Eclaireur à Paris ou KM20 à Moscou et atteint aujourd'hui une centaine de points de vente.

Basée à Londres, l’équipe de Rokh ne défile pas et privilégie le format des présentations, espérant s’inviter prochainement au calendrier des défilés parisiens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversCréation