Puma accusé d'avoir dégradé un site historique indien pour une publicité

Puma a suscité une vive réaction après avoir couvert de graffitis un bâtiment classé à Delhi, pour y photographier sa dernière campagne publicitaire. L'équipementier sportif allemand a réagi rapidement pour exiger de l'agence artistique responsable du dommage qu'elle restaure le site à ses frais.


Puma

L'Indian National Trust for Art and Cultural Heritage (INTACH), chargé de la protection du patrimoine indien, a accusé Puma d'avoir occasionné une dégradation permanente au bâtiment classé dans la catégorie « haveli » (palais) dans la liste complémentaire de 554 monuments historiques disponible sur le site Internet du gouvernement de Delhi.

« La loi stipule clairement qu'aucun aménagement ni aucune altération ne sont autorisés sans la permission expresse des différentes autorités concernées, notamment du vice-président de la Delhi Development Authority (DDA, agence étatique chargée de la conception des plans d'urbanisme de Delhi, ndlr) et du commissaire municipal. Le bâtiment a été repeint de manière tout à fait inappropriée, causant des dégâts irréversibles aux moulures en grès sculpté, aux plâtres et aux briques de Lahore », a déclaré Swapna Liddle, responsable de l'INTACH à Delhi, à la presse indienne.

FashionNetwork.com a contacté Puma. L'équipementier allemand a assuré que ce manque de respect envers un bâtiment classé indien n'était pas intentionnel et que l'agence artistique responsable de cette maladresse devrait elle-même restaurer le bâtiment pour lui redonner son aspect originel, en rendant des comptes aux autorités compétentes.

Puma nous a redirigé vers Balancing Act, l'agence de production chargée de la campagne publicitaire incriminée, pour obtenir plus d'informations sur le sujet. « Nous sommes très fiers du patrimoine indien et nous agirons toujours dans son intérêt. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires à la restauration à l'identique de ce site classé », a assuré un porte-parole de Balancing Act à Fashionnetwork.com.

L'agence a confirmé que le bâtiment en question est classé et qu'aucune permission n'avait été émise par les autorités mentionnées, attribuant la confusion à l'ignorance du propriétaire du site lui-même. « Nous n'avons appris qu'hier, par notre client DDB Mudra Group - l'agence artistique de Puma - qu'il s'agissait d'un site classé. Nous avons donc informé le propriétaire qui n'était pas au courant qu'il s'agissait d'un bâtiment protégé du patrimoine indien ». « Nous travaillons d'ores et déjà avec le propriétaire pour respecter les directives établies par le ministère compétent sur cette question », a conclu le porte-parole de Balancing Act.

La campagne, baptisée « Suede Gully » et présentée comme un hommage à la culture indienne, met en scène sept graffeurs, huit rappeurs et 36 danseurs de hip-hop, sur une musique de la chanteuse Sneha Khanwalkar.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

SportCampagnes