Sport 2000 France : chamboulement à la gouvernance

Une crise couve à la tête de Sport 2000 France. Le 10 juillet dernier, le fonds Activa Capital, majoritaire au capital de l’enseigne d’articles de sport, a dissous le conseil d’administration de la centrale d’achats du groupement. Celui-ci était majoritairement composé de sociétaires et n’est maintenant constitué que de membres d’Activa Capital.


Le réseau Sport 2000 a été fondé en France en 1966, avant de se propager en Europe. - SPORT 2000

Les membres congédiés s’indignent dans un communiqué, que cite Les Echos : « Ce putsch d’Activa Capital est d’autant plus inquiétant que, lors de son arrivée en 2008 au capital de Sport 2000 France, le fonds s’est déjà illustré par de mauvais choix stratégiques en voulant créer un réseau de magasins intégrés ». Les commerçants du groupement estiment que l’avenir du réseau, qui compte 600 magasins employant 4 000 personnes, serait menacé. 

Thierry Lavigne, qui était président de ce conseil, juge même que « le projet d’Activa Capital s’est révélé catastrophique et a creusé la dette de Sport 2000 à hauteur de 40 millions d’euros ».

Rappelons qu’il était en fait prévu depuis 2017 que le fonds sorte du capital de la centrale. La direction d’Activa Capital a répliqué en déclarant à l’AFP que le changement de gouvernance du conseil d’administration était le résultat du « non-respect par la coopérative d'engagements pris dans l'accord signé le 7 juin 2018, et qui prévoyait le rachat par la coopérative de la participation d'Activa Capital ». Le fonds dénonce aussi le fait que Christophe Mostaert avait été remplacé à la présidence de Sport 2000 France par Thierry Lavigne de façon "unilatérale".

Entré en 2008 au capital de la centrale, puis devenu majoritaire en 2010 en atteignant les 52 %, le fonds a, selon les adhérents de Sport 2000, « pris la décision d'abandonner tout objectif de long terme pour le réseau et de favoriser une profitabilité rapide afin de mieux revendre ses parts », avec l’objectif notamment de « tripler le résultat opérationnel de Sport 2000 ».

Une partie du réseau serait en danger, selon Thierry Lavigne, qui tenterait de trouver une solution pour contrer cette situation. Là aussi, le fonds a réfuté l’information en expliquant à l’AFP qu’il « n'a pas d'objectifs financiers, c'est une invention. […] Sport 2000 France est en croissance, Activa Capital souhaite travailler dans la continuité, notamment en poursuivant sa croissance de façon organique et par l'ouverture de nouveaux magasins ».

De leur côté, « les administrateurs de Sport 2000 mettront tout en œuvre pour lutter contre cette décision brutale d’Activa Capital », conclut le communiqué. Le feuilleton devrait se poursuivre dans les prochaines semaines, chaque partie étant bien décidée à camper sur sa position, au sein d’une enseigne qui a généré en France 625 millions d’euros de ventes en 2017.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

SportDistributionBusiness