×
148
Fashion Jobs
CALZEDONIA
District Manager Belgique - Calzedonia Group
CDI · BRUXELLES
PURE
Junior PR Account Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Electro - Belgique
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager Benelux – Wholesale - Fashion - Premium Luxe
CDI · ANVERS
L’ORÉAL GROUP
Key Account Manager - Luxe Division- Start Asap
CDI · Brussels
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
EASTPAK
Digital Strategic Account Specialist - Eastpak
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Marketing Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
V. F. CORPORATION
Senior Treasury Analyst
CDI · BORNEM
PROJECT DISTRIBUTION
Junior Sales Representative
CDI · BRUXELLES
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
L’ORÉAL GROUP
Demand Planner Fmcg
CDI · Brussels
DESIGUAL
Conseiller de Vente H/F
CDI · BRUGES
ZARA
Stagiaire Human Resources
Stage · BRUXELLES
INDITEX
Manager Zara, Pull&Bear, Massimo Dutti,Bershka, Zara Home, Oysho Bruxelles
CDI · BRUXELLES
MANGO
Sales Assistant Part Time
CDD · GHENT
MAISONS DU MONDE
Adjoint Hors Meuble - Arlon H/F
CDI · ARLON
MAISONS DU MONDE
Vendeur Principal - Marche-eN-Famenne (H/F)
CDI · MARCHE-EN-FAMENNE
FASHION & LUXURY SELECTION
Sales Assistant fr/Angl - nl
CDI · BRUXELLES

Amazon : pas d'obligation d’assistance téléphonique, dit la Cour européenne

Traduit par
Sonia BROYART
Publié le
today 11 juil. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le portail de vente Amazon n’est pas tenu de fournir un numéro d’assistance pour les consommateurs. Telle est la conclusion la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) ce mercredi 10 juillet. Une décision qui pourrait encourager les revendeurs e-commerce à abandonner le support téléphonique au profit des chatbots.


Reuters


Amazon s’est retrouvé sur le banc des accusés après la plainte d'organisations et fédérations allemandes de défense des consommateurs. Celles-ci jugeaient que le site allemand viole les lois locales sur la protection du consommateur en ne fournissant pas de façon claire et compréhensible ses numéros de téléphone et fax. Le service de rappel automatique d’Amazon et son système de chat en ligne ne suffisaient pas à démontrer qu’il respectait ses obligations légales, pour les plaignants.

La Cour de justice de l’Union européenne, située à Luxembourg, a cependant rejeté ces arguments. « Une plateforme d’e-commerce comme Amazon n’est pas obligée dans tous les cas de fournir un numéro de téléphone disponible aux clients avant la conclusion d’un contrat », ont établi les juges. La cour a ajouté que d’autres facteurs doivent être pris en compte, outre ceux concernant les droits du consommateur. « Il faut trouver le juste équilibre entre un haut niveau de protection du consommateur et la compétitivité des entreprises », a-t-elle déclaré.

La cour a toutefois déclaré que la plateforme Amazon était néanmoins tenue de fournir à ses clients des moyens de communication leurs permettant de la contacter rapidement et de communiquer avec elle de façon efficace.

Vers la fin des numéros d'assistance ?

Amazon a salué cette décision. « Nous avons toujours été convaincu que notre service de rappel est rapide, efficace et centré sur le client », a ainsi commenté le groupe. « La CJUE a désormais confirmé que les possibilités que nous offrons pour établir le contact sont en accord avec l’esprit et l’objectif, ainsi qu’avec les exigences de la Directive des droits des consommateurs. »

Ce jugement est moins anodin qu'il y paraît. L'intelligence artificielle a permis depuis quelques année l'émergence de « chatbots » par lesquels le consommateur peut poser ses questions à un système automatisé, via un outil intégré au portail ou à sa page sur les réseaux sociaux. Un système qui, si les problématiques posées deviennent trop complexes, passe la main à un opérateur humain, sans que l'internaute puisse faire la différence.

Ces systèmes, s'ils sont coûteux à mettre en place, offrent néanmoins une alternative notable aux coûts générés par des centrales d'appels. Des structures parfois distantes et au personnel pas toujours suffisamment formé, occasionnant parfois des dommages à l'image du portail de vente. La justice, en faisant du téléphone un outil d'assistance optionnel, pourrait bien accélérer le glissement vers ces nouveaux outils de communication par les sites de vente.

Avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com