×
187
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Anne-Marie Afflard, corsetière pour Simone Pérèle : gestes précis et belles dentelles

Par
AFP
Publié le
today 19 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Clichy, 17 janvier 2019 (AFP) - A un millimètre près, la construction est ratée: ce n'est pas une montre de luxe ou une navette spatiale que fabrique Anne-Marie Afflard, mais des soutiens-gorge. Les corsetières maîtrisent la géométrie, mais savent aussi écouter la dentelle et parler aux machines à coudre.


Anne-Marie Afflard dans les ateliers Simone Pérèle - AFP


« On ne s'ennuie jamais. Au bout de 30 ans dans ce métier, je découvre constamment la dentelle, la matière qui devient plus fluide, plus fine. Parfois on se casse la tête pour trouver des solutions techniques, mais c'est ce qui rend les choses plus intéressantes », raconte cette blonde élégante de 50 ans, responsable du développement de Simone Pérèle, qui partage sa vie entre les ateliers de la marque à Clichy, au nord-ouest de Paris, et un village dans le Lot (sud-ouest de la France) où vivent son mari et son fils de 21 ans.

Formée pour le prêt-à-porter, Anne-Marie Afflard trouve en 1989 un emploi dans la corseterie, un travail à ses yeux « complètement différent, plus fin, plus créatif ». Quand on fabrique un manteau, une erreur à un centimètre et demi près est tolérée, mais pour la lingerie, l'ultra-précision est la norme: un millimètre d'erreur peut parfois faire passer à la taille du dessus ou du dessous... et le soutien-gorge ne tient plus, explique Anne-Marie Afflard.

De la production à la création, elle est passée par « le modélisme pur » pour transformer un croquis 3D en patron dans toutes les tailles et toutes les profondeurs. « C'est de la géométrie pour passer du bonnet A au bonnet F, j'ai énormément appris. »

« Ronde et écrasée »

Une parenthèse dans les sous-vêtements pour homme n'a pas été concluante : « au bout de deux ans, j'ai fait le tour, je me suis très vite ennuyée ». Dans la lingerie féminine, on se remet tout le temps en question, dit-elle. D'abord, pour parvenir à créer un « habillage » à la mode : « Dans les années 1950, on avait une poitrine pointue », maintenant on la veut « plus ronde et écrasée ». Pour le bas, le confort absolu doit primer : « Il faut qu'on oublie qu'on porte quelque chose. »

Et la cliente a changé avec le temps : « Il y a 20 ans, on s'arrêtait (aux bonnets en taille) E, aujourd'hui il y a F, G, H. Et toutes les femmes, qu'elles soient B ou G, doivent se sentir aussi belles en portant le même modèle », qui est fabriqué différemment en fonction de la profondeur du bonnet.

En même temps, la tendance est au soutien-gorge sans armatures, plus difficile à confectionner car il faut néanmoins préserver un bon maintien. Pour une lingerie invisible, « on ne coud plus, on colle, c'est une technique complètement différente, le ruban adhésif se chauffe au contact du corps, la matière se détend, il faut l'appréhender différemment ».


Les ateliers Simone Pérèle à Clichy - AFP


Face à ces défis et innovations, Anne-Marie Afflard déplore la pénurie de main-d'oeuvre et forme elle-même des corsetières pour Simone Pérèle, un processus qui prend trois ans minimum. « Je cherche la dextérité, les ouvrières qui savent parler à leurs machines à coudre, elles doivent écouter le moteur, écouter la matière. On ne travaille pas par saccade. On n'abîme pas la matière, on la respecte. »

Soutien-gorge et féminisme

Anne-Marie Afflard ne se sent pas concernée par l'émergence du mouvement « no bra », qui renonce aux soutiens-gorge au nom du confort et du féminisme. « Dans les années 1970, les femmes brûlaient leurs soutiens-gorge, mais le féminisme ne passe pas obligatoirement par les sous-vêtements. Je me bats pour autre chose », assure celle qui estime avoir eu « 20 ans d'avance » en acceptant de travailler loin de son foyer pour faire carrière.

« Au départ, on me demandait avec de gros yeux pourquoi je partais de mon domicile conjugal, on ne comprenait pas, au nom de l'idée que c'est plutôt l'homme qui se déplace et pas la femme. Les gens ont évolué, ils ont vu qu'on a su éduquer notre fils, que j'étais aussi présente ». Anne-Marie Afflard s'est investie comme conseillère municipale dans sa commune, pour « s'intégrer et pour que les gens du village comprennent que c'était ma façon d'être ». « J'ai été pionnière, complètement. »


Par Olga Nedbaeva

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.