Bonton : Vanessa Bonnefoux (DG) détaille sa feuille de route

17 ans après avoir lancé Bonton et un an et demi après avoir cédé une part majoritaire à Xavier Marie (propriétaire de Paule Ka, Le Petit Souk et du groupe Rautureau), Irène et Thomas Cohen quittent la marque pour enfant qu’ils ont fondée. Ils la confient – notamment - à Vanessa Bonnefoux. Arrivée au sein de l’entreprise il y a un an pour assurer une transition en douceur, la directrice générale de Bonton détaille sa feuille de route pour faire de la griffe « un véritable concept-store pour toute la famille ».


Visuel printemps-été 2018 de Bonton - DR

Passée par les directions financières de Bonpoint et Merci – deux noms fondés par les parents de Thomas Cohen -, et plus récemment d’Officine Générale, Vanessa Bonnefoux muscle une stratégie dont les contours ont été esquissés sous l’ère d’Irène et de Thomas Cohen. Au cœur du projet : l’accélération du développement retail. En 2017, ce sont six boutiques, notamment à Madrid et Londres, qui ont ouvert leurs portes, portant à une quinzaine le nombre de magasins Bonton. En septembre prochain, c’est la ville de Marseille qui accueillera une boutique Bonton, alors que trois autres projets sont « très avancés dont l’un dans l’ouest parisien, un autre en province et un dernier à l’international », indique Vanessa Bonnefoux. Le retail pèse aujourd’hui 66 % du chiffre d’affaires de Bonton, un chiffre qui montera à 75 % d’ici cinq ans, alors qu’en 2018, les ventes de la marque devraient osciller de 13,5 à 14 millions d’euros.

Constitué aujourd’hui d’environ 130 points de vente, le réseau multimarque n’est cependant pas en reste. La marque va ainsi renforcer sa présence sur ses marchés forts comme les Etats-Unis, la Corée du Sud ou le Japon (où elle compte par ailleurs des boutiques à l’enseigne), mais aussi sur ceux où elle est très peu voire pas présente comme le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-Est, l’Allemagne ou la Scandinavie. Et pour séduire le réseau, Bonton va  proposer dès l’été 2019 en wholesale sa collection Maxi-Me, déclinaison de certaines de ses silhouettes enfants en femmes. Une ligne présente aujourd’hui dans ses boutiques qui a également vocation à s’agrandir pour affirmer son image de label familial.

Du côté de l’offre, Bonton va se lancer sur le segment du biologique. Sa ligne de cosmétique actuelle va donc être entièrement reformulée et surtout étoffée. Une incursion dans le bio qui devrait se poursuivre sur certaines pièces de son prêt-à-porter. Enfin, le digital est un des chantiers phare de Bonton, qui ne détaille toutefois pas encore sa stratégie en la matière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

ModeParfumsCosmétiquesDécorationDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER