Carven : décision attendue le 12 octobre, un groupe chinois en pole position

Carven a-t-elle trouvé son sauveur ? La maison parisienne pourrait être reprise dans les prochains jours par le groupe chinois Icicle. Alors qu'elle était au bord de la liquidation, elle a finalement fait l'objet de huit offres de reprise totale ou partielle devant le tribunal de commerce qui rendra son jugement le 12 octobre prochain. Un des dossiers se place en haut de la pile depuis l'audience qui a eu lieu le 4 octobre, a appris FashionNetwork.com : le chinois Icicle.


Collection printemps-été 2018 de la marque - Icicle

Tous les avis sont en effet favorables à l'offre de reprise formulée par cette maison de mode premium chinoise fondée en 1997, positionnée sur le créneau d'une mode femme et homme écoresponsable très haut de gamme. En effet, la proposition du groupe asiatique porte sur une reprise totale de la marque, de la structure Carven et de ses salariés, ce qui n'était le cas d'aucune des sept autres offres présentées. Et surtout à un prix bien supérieur. 

La centaine de salariés de Carven devrait donc, si le tribunal officialise bien cette reprise le 12 octobre, participer à la relance de la griffe fondée à Paris en 1945 par Marie-Louise Carven.

Icicle a déjà une filiale en France depuis 2013, comptant 28 salariés qui ont tenté de faire connaître la marque de prêt-à-porter mixte sur le marché hexagonal. Celle-ci opère également comme un « centre de design », faisant travailler des stylistes et artisans sur la conception de ses collections qui ont la particularité de ne recourir qu'à des matières naturelles.

Les sept autres offres présentées pour la reprise de Carven l'ont été par différents acteurs du textile, comme Axara, Lee Cooper, entré dans le jeu en dernière minute, Cashtex, un soldeur, Philippe Métivier, Market Maker ou encore Red Luxury (pour le bijou uniquement). Mais il ne s'agissait que de propositions partielles, s'intéressant au nom ou à un pan de l'activité seulement.

La maison Carven avait été rachetée par le distributeur de mode hongkongais Bluebell en 2016 à Henri Sebaoun, l’homme qui avait réussi la relance de la maison depuis 2008, notamment en confiant la direction artistique à Guillaume Henry. Aujourd’hui et jusqu’à nouvel ordre, celle-ci est assurée par Serge Ruffieux. La direction générale était elle entre les mains de Sophie de Rougemont, fille des propriétaires du groupe Bluebell.
 
Le groupe Icicle revendique un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros et emploie plus de 2 000 salariés en Chine, ouvrant à la production des lignes femme, homme, enfant et accessoires et à leur distribution via 250 magasins. La filiale parisienne est dirigée par Tao Xiao Ma.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER