×
Publicités
Publié le
11 juin 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cegid veut à nouveau doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2026

Publié le
11 juin 2022

Fournisseur d’équipements et logiciels pour le secteur du commerce, le spécialiste lyonnais des solutions pour entreprises Cegid annonce son intention d’atteindre les 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires d’ici à 2026. Une multiplication par deux qui s’appuie sur un nouveau plan stratégique "Forward 2026", dévoilé ce 8 juin à Paris, qui mise notamment sur l'internationalisation.
 

Cegid



Racheté par Silverlake en 2016, Cegid avait déjà en 2018 présenté un plan pour doubler son chiffre d’affaires. Valorisé à 5,5 milliards d’euros par l’entrée à son capital du new-yorkais KKR il y a un an, le lyonnais tire aujourd’hui un bilan positif des démarches engagées, avec un chiffre d’affaires passé en quatre ans de 300 millions d’euros à 632 millions d’euros. Une offre à 66% générée par les solutions gérées via le Cloud. Ce dernier devant englober 100% de l'activité à horizon 2026.
 
"Notre approche a été de nous focaliser uniquement sur les solutions en Saas (software as a service, ndlr), qui ne représentaient alors que 60 millions d’euros sur notre chiffre d’affaires", explique le Pdg Pascal Houillon. "Nous avons arrêté les autres activités qui n'étaient pas liées au Saas, pour nous focaliser sur un nombre plus limité de produits, ce qui est un peu contre-intuitif quand on veut doubler son chiffre d'affaires. Notre approche était que, si nous n'avions pas la meilleure offre, il ne fallait pas qu'on y aille".

A ce jour, les solutions Saas de l'entreprise représentent 70% de l'entreprise, qui est passée en quatre ans de 60.000 à 350.000 clients, dont seulement 15% de structures employant moins de 100 personnes. Le tout via une activité désormais répartie entre cinq marchés: l'expertise comptable, la paye, la finance, les petites entreprises, et la verticale retail.

Un millier de clients détaillants


 
Une activité retail qui repose désormais sur un millier de marques, opérant essentiellement dans le domaine du luxe. "Un secteur très puissant, très international, et qui ouvre des boutiques" souligne Pascal Houillon. "Il s'agit pour beaucoup de retailers qui ne l'étaient pas au départ, et qui adoptent progressivement les meilleurs pratiques. Ils adoptent le Saas à pleine vitesse, vers lequel nous voulons attirer de nouveaux clients. Mais cette transition prend du temps, car nous équipons 10.000 magasins dans le monde".

Sur la longue liste des détaillants opérant avec Cegid figurent notamment les groupes H&M, Benetton, Beaumanoir, L'Oreal, Shiseido ou Yves Rocher. Auxquels s'ajoutent André, Barbour, Clarins, Courir, Lacoste, Lafuma, Longchamp, L'Occitane, Paul Smith, Quicksilver, Sisley, Zadig&Voltaire, et autres.
 
Un aspect international clef dans les projets de Cegid. Déjà bien implantée en Allemagne, Espagne, Portugal, au Danemark et au Benelux, l'entreprise opère par ailleurs aux États-Unis, Canada, Mexique et Pérou, ainsi qu'Argentine, Chili et Colombie. Pour Pascal Houillon, l'objectif est de créer un leader français à l'échelle européenne. "C'est très difficile de s'internationaliser, et une manière de le faire, c'est via des acquisitions", confie Pascal Houillon.
 

Pascal Houillon - Cegid


Des acquisitions qui ont donc été quinze à se succéder ces cinq dernières années. La dernière en date, annoncée ce 8 juin, étant celle de la start-up française Wittyfit, dont la solution de pilotage RH de la performance collective en entreprise va venir compléter l'offre de "gestion de talents" de Cegid. Une politique d'acquisition que l'entreprise entend par ailleurs poursuivre dans les années qui viennent.

"Un champion français à taille européenne"


 
"Notre objectif est de doubler encore la taille de la société, mais aussi de porter l'international à plus de 30% du chiffre d'affaires", souligne Pascal Houillon, qui se donne un objectif: créer un champion français à taille européenne. "On pense qu'il y a une place à prendre. Afin que la start-up nation ne soit pas composée que de start-up.

A ce jour présent dans 130 pays et fort de 3.600 employés, Cegid compte au passage accompagner ses clients dans leur internationalisation. Notamment vers la Chine où, face aux législations locales, l'entreprise a accouché dans la douleur d'un data center shanghaien. Un pari gagné, confie Pascal Houillon, qui mentionne de nombreux clients s'étant manifestés depuis l'inauguration, faute d'avoir pu trouver une solution propre face aux règlementations locales.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com