×
173
Fashion Jobs
MAISON DEGAND
Inventory Control Manager
CDI · BRUXELLES
MAISONS DU MONDE
Visuel Principal - Mons (H/F)
CDI · MONS
CALZEDONIA
District Manager Belgique - Calzedonia Group
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
E-Commerce & Digital Media
CDI · NIVELLES
L'OREAL GROUP
Key Account Manager
CDI · Brussels
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
Marketing Manager on et Off Line
CDI · WATERLOO
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Jodoigne
CDI · JODOIGNE
ETREAC AGENCY
Planning Officer
CDI · NAMUR
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Showroom / Assistant(e) Commerciale – Fashion Wholesale - Benelux (Bruxelles)
CDI · BRUXELLES
PROJECT DISTRIBUTION
Responsable E-Commerce /Digital Marketing
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Erquelinnes
CDI · ERQUELINNES
COURIR
New Market HR Officer - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
KIPLING
Manager, PR &Amp; Social - Kipling
CDI · ANVERS
FASHION & LUXURY SELECTION
District Manager - Belgique
CDI · BRUXELLES
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Administratif & Financier – Retail Ameublement – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Category Manager/Acheteur – Retail – Charleroi
CDI · CHARLEROI
TAILOR&FOX
Assistant Store Manager
CDI · VIENNE
AMERICAN VINTAGE
Verkoopsmedewerker 15h (m/v)
CDI · KNOKKE-HEIST
Publicités

Chaussure de luxe : Robert Clergerie mise sur le savoir-faire français

Par
AFP
Publié le
today 23 août 2005
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LYON, 23 août 2005 (AFP) - Robert Clergerie reste, après la liquidation de Stéphane Kélian et le dépôt de bilan de Charles Jourdan, le dernier grand nom de la chaussure de luxe à Romans-sur-Isère (Drôme), tablant sur "le savoir-faire et la qualité made in France " pour rester compétitif.


Modèle Tanagra de la collection printemps-été 2005

"Nous avons fait de la fabrication française notre cheval de bataille. Nous voulons faire une production haut-de-gamme, basée sur un savoir-faire français pour faire des produits made in France ", a expliqué à l'AFP Jean-Louis Gony, président du directoire de Robert Clergerie.

Robert Clergerie reste très ancré à Romans, où la société emploie environ 200 personnes, dont une centaine dans son usine de fabrication.

Pour M. Gony, les graves difficultés rencontrées par Stéphane Kélian et Charles Jourdan ne sont pas sans lien avec l'arrivée de fonds d'investissements dans le secteur.

"Les investisseurs financiers se sont beaucoup impliqués dans le secteur sans toujours prendre en compte les héritages ou avoir une vision de continuité de ces groupes", a-t-il expliqué.

Pourtant, "des personnes comme Stéphane Kélian ou Charles Jourdan ont été très novateurs, des monstres sacrés de la chaussure de luxe", a-t-il souligné.

Et la société Robert Clergerie sait de quoi elle parle. Créée en 1981 par un employé de Charles Jourdan, le groupe éponyme se développe rapidement en ouvrant de nombreuses boutiques, aussi bien en France qu'à l'étranger (Tokyo, New-York, Los Angeles, Madrid, Bruxelles, Londres...), mais aussi en se diversifiant dans les accessoires.

En 1996, le fondateur cède le contrôle de sa société à une filiale de la Banque Populaire, puis prend sa retraite de designer en 2001.

Mais au début des années 2000, la société connaît plusieurs années difficiles sur le plan financier, et Robert Clergerie reprend le contrôle de sa société en rachetant la quasi-totalité du capital début 2005.

"Les investisseurs qui avaient pris le contrôle du groupe avaient financé cette acquisition par de la dette", et toutes les liquidités générées par la société passaient dans le remboursement, a indiqué M. Gony.

Depuis que le fondateur est revenu, "nous avons une situation d'exploitation saine", a-t-il assuré.

Le groupe indique même avoir quelques projets de développement, qui obéissent toutefois à deux axes majeurs: ne pas faire grossir inutilement le groupe et préserver l'esprit de la marque.

"Nous visons de nouveaux territoires", a annoncé M. Gony en précisant que le groupe réalise la moitié de son chiffre d'affaires en Europe, 30% en Amérique du Nord et le reste principalement en Asie.

Ces développements resteront dans la limite de "ce que nous autorise notre autofinancement", a-t-il précisé.

"L'intérêt du groupe est de rester petit, de rester très +niche+ et de ne pas se diluer, car cela pourrait nous nuire", a-t-il détaillé, expliquant que les clients de Clergerie apprécient aussi la rareté de la marque.

Mais le coeur de la stratégie reste avant tout de "rester fidèle à la création et à la ligne de style de la marque, tout en évoluant et en nous modernisant", a poursuivi M. Gony.

"En France, les coûts de production sont de 30 à 40% plus élevés que ceux observés dans d'autres pays. Pour s'en sortir, il faut miser sur une grande créativité et des produits avec une forte valeur ajoutée", a-t-il souligné.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.