×
Publié le
14 oct. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chine-USA: la guerre commerciale de retour dans la campagne américaine

Publié le
14 oct. 2020

Comme il y a quatre ans, Donald Trump fait de la Chine l'une des principales cibles de sa campagne, et menace de nouvelles taxes sur les importations chinoises. Une nouvelle charge qui inquiète les industriels et distributeurs américains, qui craignent une hausse des prix finaux alors même que la consommation américaine peine à se relancer. L’Europe redoute quant à elle les contrecoups de ce bras de fer.


Shutterstock



“Je vais me servir des taxes sur la Chine”, répète depuis des jours le président américain, notamment à destination des cultivateurs américains. Un choix de cible qui intervient alors que les Etats-Unis voient une nouvelle fois se renforcer le déséquilibre de leur balance commerciale avec la Chine. Si celle-ci s’était engagée à acheter pour 200 milliards de dollars en début d’année, dans le cadre d’un réchauffement des relations commerciales et diplomatiques, le déficit s’est renforcé de 30,75 milliards de dollars en septembre (+18,8 % sur un an).

L’American Apparel & Foowear Association (AAFA) avait décrit les hausses des tarifs douaniers comme une “blessure auto-infligée” potentiellement catastrophique pour l’économie américaine. Le secteur du textile/habillement calculait que les taxes impliquent pour une famille américaine de quatre personnes une hausse de 500 dollars par an des dépenses d’habillement. Ce qui avait poussé fin juillet plus d’une centaine de fédérations à signer un appel commun pour faire entrer certains produits, dont l’habillement, dans la liste des produits exemptés. Démarches également menées en septembre par plusieurs entreprises américaines et multinationales.

Les annonces de campagne de Donald Trump sont donc observées avec inquiétudes, alors qu’industriels et distributeurs espèrent pouvoir renouer avec la croissance en 2020. Notamment car elle pourrait générer une réaction similaire du côté de Pékin. Or, les USA ont expédié en 2019 pour 789 millions d’euros de textile-habillement vers la Chine, contre 789 millions un an plus tôt, et 1,03 milliard en 2015


Donald Trump - Shutterstock



Mais ces annonces sont également suivies de près de l’autre côté de l’Atlantique. L’UE est également ciblée par la Maison Blanche via les tarifications douanières. Poussant récemment l’AAFA et la confédération européenne du textile/habillement Euratex à prendre ensemble la parole pour demander que le textile/habillement bénéficie, à son tour, de la décrispation récente affichée dans la guerre commerciale entre Washington et Bruxelles.

L’enjeu est de taille: les Etats-Unis sont le deuxième client de l’habillement européen après la Suisse (qui est client mais aussi plateforme de transit), avec 3,6 milliards d’euros de biens importés du Vieux Continent en 2019, en hausse notable de 13 %. Les USA sont par ailleurs les premiers clients du textile de l’UE, avec 2,8 milliards d’euros de marchandise (+5 %).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com