×
523
Fashion Jobs
FRASERS GROUP
HR Administrator
CDI · TUBIZE
GERRY WEBER
Shop Manager
CDI · SAINT-TROND
GERRY WEBER
Shop Manager
CDI · BRASSCHAAT
SB RECRUITMENT & SERVICES
HR Manager - Fashion Retail - Belux
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Sales Representative – Fashion – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
THE STING B.V.
General Manager The Sting
CDI · Antwerp
PROJECT DISTRIBUTION
Sales Representative B2B
CDI · DROGENBOS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager - Fashion Lifestyle - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager - Retail - Région Luxembourg
CDI · LIBRAMONT-CHEVIGNY
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager - Retail - Hainaut
CDI · TOURNAI
BOGGI MILANO
Retail Area Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Account Coordinator – Parfums & Cosmétiques – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
NEWELL
Project Manager, Operations - Dymo
CDI · SAINT-NICOLAS
NEWELL
HR Generalist / HR-Generalist
CDI · SAINT-NICOLAS
LOVISA
Payroll Manager Belgium & Netherlands
CDI ·
NIKE
sr Technical Product Manager
CDI · Laakdal
SB RECRUITMENT & SERVICES
HR Officer - Retail - Mouscron
CDI · MOUSCRON
BESTSELLER
Sales Representative Jack & Jones
CDI · Antwerp
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant - Déco & Cosmétiques - Tournai
CDI · TOURNAI
SB RECRUITMENT & SERVICES
Acheteur - Retail Non-Food - Courtrai
CDI · COURTRAI
NIKE
Lead Business Product Manager
CDI · Laakdal
Publié le
11 sept. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Damartex passe dans le rouge, affecté par la mauvaise santé d’Afibel

Publié le
11 sept. 2019

Le bilan annuel présenté par Damartex reflète les difficultés du marché de l’habillement et en particulier de la mode senior, de surcroît par correspondance. Le groupe nordiste n’a pas su maintenir sa tête hors de l’eau et a déclaré une perte nette de 34,8 millions d’euros sur son exercice 2018/19, alors qu’elle avait dégagé 10,3 millions d'euros de bénéfice l’année précédente.


Silhouette automnale présentée par Afibel sur son site marchand, qui se complète d'un catalogue - Afibel


Ce passage dans le rouge est principalement dû à la méforme d’Afibel, acteur de la vente à distance de prêt-à-porter dédié aux personnes âgées : ainsi, une importante dépréciation de cet actif, à hauteur de 27,4 millions d’euros, a été décidée pour « refléter la baisse de profitabilité et sa forte décroissance depuis deux ans ». Sans détailler davantage cette déconfiture, mais en précisant qu'une refonte de offre et de son modèle marketing est en cours.

Concernant les autres indicateurs, l’EBITDA de la société ressort à 13,9 millions d’euros (-50,9 %) tandis que son résultat opérationnel courant a plongé de 92,8 % pour s’établir à 1,2 million d’euros, contre 16,3 millions en 2017/18. « Néanmoins, si le recul est marqué d’un exercice à l’autre, le groupe renoue avec la profitabilité au deuxième semestre (+3,1 millions d’euros) grâce à une gestion fine des coûts et l’application de son plan d’économies de plus de 10 millions d’euros », tient à souligner Damartex.

Le chiffre d’affaires du groupe a atteint 720 millions d’euros sur cet exercice clos fin juin 2019, soit une chute de 4,6 % sur un an. « Ce recul des ventes est notamment dû à un environnement difficile qui a perturbé l’activité tant en France (mobilisation des gilets jaunes) qu’au Royaume Uni (Brexit) », pointe la direction.

C’est l’habillement qui plombe les comptes de l’entreprise puisqu’il ressort que l’activité mode (Damart, Afibel, Xandres, La Maison du Jersey) a reculé de 6,4 % sur la période (548,1 millions d’euros), tandis que l’entité Home & Lifestyle (3Pagen, Jours Heureux…) progresse légèrement de 1,5 % (171,9 millions d’euros).

Dans ce contexte, Damartex a décidé de stopper deux de ses activités : Vivadia (matériel médical) et E-Wear Solutions (vêtements connectés), « dont les contributions aux résultats étaient négatives, avec des activités n’offrant pas assez de perspectives ».

Le groupe, qui fait un point sur sa dette culminant désormais à 28,2 millions d’euros, contre 30,5 millions l’année précédente, affirme néanmoins avoir renforcé sa structure financière et maintient sa politique d’investissement à hauteur de 17,2 millions d’euros afin d’opérer sa transformation (relation client, outils numériques notamment).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com