×

E-commerce: croissance ralentie à 5,3% au deuxième trimestre

Publié le
15 sept. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les ventes en ligne françaises ont progressé de 5,3% au deuxième trimestre 2020, contre +12,1% au premier trimestre 2019, selon la fédération de la vente à distance (Fevad). La reprise en mai (+7,3 %) et juin (+7,5 %) a en effet permis de compenser les reculs occasionnés à l’occasion du confinement.


Fevad


Après la chute de 10,1% des ventes constatée en mars, le mois d’avril a lui aussi connu une contre-performance notable, à seulement +0,8 %. Ce qui a amené le premier semestre à se terminer sur une hausse de 3,5% des ventes en ligne.

Dans le secteur de l'habillement, la progression atteint 11% sur les sept premiers mois de l'année, selon l'IFM, qui table sur une part d’Internet dans les ventes françaises de mode de 20% en 2020, contre 14,7% en 2019 (lire notre article dédié sur le chiffres de l'IFM).

Sur le deuxième trimestre, les portails de vente, tous secteurs confondus, ont cumulé 408 millions de transactions, pour un chiffre d’affaires de 25,9 milliards d’euros. La mise en suspens de nombreuses activités de service, dont le voyage, fait que les ventes en produits sont majoritaires (57 %) sur la période par rapport aux ventes de services. 

Un évolution du mix produit qui n’est pas sans avoir un impact sur le panier moyen, qui connaît exceptionnellement une hausse de 6,8% sur le trimestre, pour atteindre 63,8 euros. Une phénomène d’autant plus notable qu’il interrompt une chute constante du panier moyen, que vient traditionnellement compenser une hausse du rythme d’achat.

+45,7% pour les sites leaders

L’offre de sites de vente en ligne n’a pas interrompu sa progression durant ce trimestre très particulier. Quelque 11.000 portails ont ainsi été lancés, portant le nombre de sites actifs à plus de 202.000 fin juin.


Fevad


Du côté des sites leaders composant l’indice ICE 100, le trimestre affiche un visage tout autre, avec une explosion de 45,7% des ventes. La conséquence directe de la fermeture des commerces non alimentaires durant le confinement. Cependant, ce ne sont pas les pure-players mais bien les enseignes physiques qui ont particulièrement accéléré en ligne (+83%) durant la période.

Les marketplaces affichent également un fort renforcement de leur activité, dopée de 60% en avril et mai, contre +14% sur l’exercice 2019. “Par ces plateformes, les TPE et PME touchées par le confinement ont pu poursuivre une part de leur activité”, note Marc Lolivier, directeur général de la Fevad, pour lequel l’e-commerce a joué un rôle d’amortisseur économique.


Les acteurs physiques ont davantage profité de la crise que les pure-players - Kantar


Tout comme lors du deuxième trimestre 2019, l’évolution des ventes mobiles de l’indice ICM est stable sur le deuxième trimestre 2020.

L’e-commerce BtoB a pour sa part connu une contraction de son activité de 9,6 %, en dépit d’un retour à la croissance dès le mois de juin. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com