×
186
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

E-vone, la chaussure connectée qui donne l’alerte en cas de chute

Publié le
today 9 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Imaginez une chaussure qui puisse communiquer aux proches d’une personne âgée que celle-ci vient de tomber. C’est le projet porté par le groupe Eram, qui dévoile actuellement son soulier connecté baptisé E-Vone lors de du CES de Las Vegas. Soit la grand-messe high-tech qui se tient jusqu’au 12 janvier. Explications.


Une série de capteurs reliée à un algorithme peut détecter la chute - E-Vone


L’idée a germé du côté de Parade, la filiale du groupe français qui produit des chaussures de sécurité. Un modèle connecté pouvant donner l’alerte en cas de chute, dédié aux travailleurs isolés (service de maintenance, agent de sûreté…), est ainsi mis au point il y a deux ans. « On s’est dit que cette technologie pouvait avoir une portée beaucoup plus large en étendant ce concept aux séniors, explique Renaud Montin, directeur de la transformation numérique du groupe Eram et nouvellement porté à la tête du projet E-Vone. 900 000 personnes de plus de 65 ans vivent seules en France, et un tiers d’entre elles connaîtront une chute. »

Techniquement, un module de communication (incluant le protocole LoRa pour communiquer et un GPS pour la géolocalisation) sont insérés dans la languette tandis que différents capteurs (gy­roscope, accéléromètre) sont présents dans la semelle de la chaussure. Un algorithme détecte la chute et envoie directement un SMS aux proches (doublé d’un appel) ou à un service de téléassistance avec la localisation de la personne. Pas besoin d’application, ni d’appuyer sur un bouton. Le soulier vibre alors pour signifier à son propriétaire que l’alerte est partie.


Les modèles masculins, d'inspiration contemporaine - E-Vone


Conçues en partenariat avec le gérontopôle de Nantes et le CHU d’Angers, les chaussures E-Vone sont fabriquées en France dans l’usine du groupe à Jarzé, dans le Maine-et-Loire. Il existe deux modèles, l’un masculin (du 39 au 46), l’autre féminin (du 36 au 41), se déclinant à chaque fois en une quinzaine de design différents. Visuellement, l’enjeu est clairement de désamorcer les réticences en délivrant un produit dans l’air du temps, aux accents sportswear. « La difficulté dans ce type de service, c’est son adoption par la personne âgée ou fragilisation. Un collier, c’est stigmatisant. La chaussure E-Vone a une forme et des finitions contemporaines et elle fonctionne aussi à l'extérieur donc permet de sortir. »

La commercialisation de cette ligne de produit E-Vone, développée en « mode start-up mais bénéficiant du savoir-faire du groupe », est fixée au mois de mars prochain. C’est le principe en vogue de l’abonnement qui a été retenu (une autre marque du groupe Bocage vient de s’y frotter). Le forfait mensuel est de 35 euros, sur un minimum de six mois. Et les canaux de vente choisis sont pluriels : tout d’abord un e-shop dédié, mais aussi des revendeurs multimarques spécialisés dans la chaussure, tout comme des pharmacies et parapharmacies. Le groupe envisage aussi de nouer des partenariats avec des assureurs ou des pôles de santé.


L'entreprise a choisi l'abonnement comme business model - E-Vone


Une initiative qui permet au groupe de diversifier ses activités en investissant la silver economy et le marché en plein boom de la santé connectée. Sur son cœur de métier - la distribution de chaussures en centre-ville -, le groupe Eram a récemment décidé de réduire la voilure de ses enseignes Heyraud et Texto. « L’objectif est de se réinventer. Eram a historiquement permis de démocratiser la mode pour tous, on se doit aujourd’hui d’accompagner une évolution sociétale, qui est celle du vieillissement de la population. »

La commercialisation d'E-Vone est annoncée en France dans un premier temps, « mais nous anticipons déjà son déploiement international et le CES est pour cela un bon tremplin, notamment en termes de notoriété », conclut Renaud Montin. D’autant que le produit a reçu un innovation award dans la catégorie « tech for a better world » (la technologie au service d’un monde meilleur). Le prochain défi d'E-Vone, qui est inscrite dans une logique curative, est d'explorer l’aspect préventif en essayant de développer à l'avenir une chaussure qui puisse identifier les risques de chute (perception de la marche modifiée ou perte de poids par exemple).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com