×

France Tanneries placée en liquidation judiciaire

Publié le
6 juin 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé le mercredi 3 juin la liquidation judiciaire de la société sarthoise France Tanneries. Forte d'une histoire remontant au milieu du XIXe siècle, le spécialiste des cuirs pour la maroquinerie haut de gamme générait 35 emplois.


France Tanneries


Membre du Réseau du Bellay qui regroupe des fournisseurs de marques de luxe, France Tanneries était née du rapprochement de deux structures. D'un côté, les Tanneries Dupire, lancées à Wasquehal (59) en 1863, et, de l'autre, la Tannerie Sueur, créée à Bagneux dix ans plus tard et spécialisée dans la chaussure. C'est en 1990 que l'union des deux structures est menée sous le nom Tanneries Dupire. 

En 2010, la société s'oriente vers la maroquinerie haut de gamme. Mais, entre 2012 et 2015, le chiffre d'affaires tombe de 15 à 8 millions d'euros. Le nom "France Tanneries" est finalement adopté en 2016, à l'occasion d'un changement d'actionnaire. La société a en effet cette année-là été reprise par Novalpina France, à l'issue d'une période de redressement judiciaire. L'objectif d'alors est de séduire de grands noms comme Longchamp, Hermès, Dior ou Vuitton. Un défi à une période où les géants du luxe investissent dans leurs propres tanneries.

L'offre de l'entreprise se composait de cuirs souples, fermes, lisses, grainés, crispés, pull-up, huilés, lustrés, anilines ou encore pigmentés. En 2018, France Tanneries affichait un chiffre d'affaires de 4,98 millions d'euros, contre 5,84 l'année précédente, pour une perte nette de 71.768 euros.

Les tanneries et mégisseries françaises ont l'an passé connu, selon le Conseil national du cuir (CNCC), une chute de 12% de leurs exportations, à 295,9 millions d'euros. Là où les importations sont demeurées stables à 482,4 millions d'euros, l'Italie représentant le principal acteur de cette concurrence internationale. Des voisins transalpins qui sont aussi les premiers clients de la France en la matière, mais dont les commandes se sont effondrées de 21% en 2019, tandis qu'elles reculaient également du côté de la Tunisie (-7 %), de l'Espagne (-9 %) et du Maroc (-7 %).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com