×
187
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Gémo trouve son ton responsable

Publié le
today 15 avr. 2019
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pas simple de tenir un discours sur la responsabilité socio-environnementale lorsque l'on est une enseigne abordable. Si les deux mastodontes de la distribution de vêtements Inditex et H&M ont chacun leur programme dédié, Join Life et Conscious, ceux-ci bénéficient de la force de frappe des groupes pour assurer leur visibilité.


La collection Mieux avec ses basiques aux prix accessibles - Gemo


A une échelle plus modeste, l'approche doit être excessivement bien dosée quand le moindre faux pas est scruté et dénoncé sur les réseaux sociaux par les activistes mais aussi les clients finaux. Les équipes de Gémo, qui attèlent à moderniser le réseau et l'image de la marque, ont largement pesé le pour et le contre avant de lancer "Mieux". L'enseigne française de périphérie, au positionnement familial et accessible, donne ce printemps de la visibilité à ses démarches.

« Cela fait dix ans que Gémo réalise des avancées sur les questions RSE, explique Hubert Aubry, le directeur général de l'enseigne. Nous n'avions jamais communiqué et nos clients et notre écosystème ne savent que trop peu ce que l'on fait. Mieux by Gémo est notre propre label ; il s'inscrit dans le projet "Change for Good" du groupe Eram et notre première collection est arrivée ce printemps en magasin. Nous mettons en avant nos progrès sur le défi du respect humain mais aussi environnemental. Mais c'est une démarche d'humilité face au challenge et d'amélioration continue ».

L'élaboration de la collection "Mieux" a mobilisé pendant plusieurs mois les équipes de David Boullier, le directeur de l'offre et des collections, qui ont travaillé pour proposer des produits répondant aux attentes RSE de l'enseigne, tout en conservant le positionnement accessible. « Cela s'inscrit dans notre démarche globale, explique ce dernier. Notre volonté est d'apporter des aspérités à l'offre Gémo, d'être dans la création de valeur. Nous avons travaillé pour l'homme, la femme et l'enfant, mais aussi la grande taille et la chaussure. Nous avons ciblé les produits au contact de la peau, avec la notion d'écouter les clients qui prennent soin de leur santé. Nous avons travaillé avec du coton issu de l'agriculture biologique, et nous avons choisi la certification Gots qui est très exigeante, des matières en polyester et polyamide recyclées en prenant en compte leur durée de vie ». Au final, cette première collection affiche quelque 300 références pour l'été 2019 et est proposée dans les 440 magasins Gémo. 

Transformation du modèle

« Nous ne nous présentons pas comme parfaits mais nous travaillons avec les fournisseurs pour réaliser une transformation progressive de notre sourcing, souligne Hubert Aubry. En 2018, nous étions sous les 0,04 % de matières écoresponsables. En 2019, nous sommes à 6 % par rapport à l'ensemble de notre offre pour l'automne-hiver. En 2020, nous serons à 10 % et nous visons les 30 % à l'horizon 2025 ».

La collection est mise en avant à l'entrée des boutiques et est accompagnée d'une présentation globale de la démarche. Car celle-ci ne se limite pas à un sourcing plus propre. Le programme "Mieux" s'articule autour de quatre axes majeurs.


Hubert Aubry, à droite, engage Gémo dans la charte Relations Fournisseurs Responsables - Gemo


Le premier point porte sur la traçabilité et la conformité. L'équipe de Gémo explique que depuis 2009, elle travaille sur l'innocuité de ses produits, en particulier ceux destinés aux bébés dont la totalité est testée. D'un travail en interne, ses actions se sont développées aussi avec la mise en place d'un plan de vigilance en 2012.

« Le Rana Plaza a déclenché une prise de conscience. En 2013, nous n'étions pas directement concernés mais nous ne voulions en aucun cas nous voir un jour confrontés à un tel drame », explique le directeur général. La marque a récemment signé la charte "Relations Fournisseurs Responsables" qui tient en dix engagements pris avec les collaborateurs et les partenaires industriels. Pour soutenir sa démarche, Gémo vise ainsi à renforcer ses relations avec les fournisseurs répondant à ses exigences RSE. « Nous restreignons progressivement notre nombre de fournisseurs avec l'objectif de passer de 800 à environ 500, explique Hubert Aubry. Nous sommes dans une logique d'amélioration continue. Nous voulons avoir des relations sur la durée en confiant des volumes avec les partenaires de confiance. Nous visons aussi à faire grandir notre sourcing proche ».

Une consommation d'énergie en baisse de 40 % depuis 2014

Vient ensuite la gestion de l'énergie. Gémo précise par exemple réduire ses emballages pour les livraisons internes ou avoir diminué de 60 % le nombre de ses catalogues distribués dans les boîtes aux lettres. L'enseigne annonce surtout avoir réduit de 40 % sa consommation d'énergie depuis 2014 et a obtenu la certification ISO 50001, une norme portant sur l’amélioration de la performance énergétique. « Nous sommes allés très vite sur ce point, explique Alain Paré, directeur des ressources humaines et RSE, car les équipes se sont emparées du sujet et ont cherché les moyens d'économiser de l'énergie avec des gestes du quotidien ».

La collaboration est le troisième axe du projet "Mieux". Cela concerne, comme dans le cas de l'énergie, une force collaborative en interne. Mais cela cible aussi des initiatives en externe, précise l'entreprise. « Nous avons mis sur pied une approche sur la sécurité incendie au Bangladesh, explique le responsable RSE. A l'initiative de l'un de nos collaborateurs, nous avons établi avec nos sous-traitants et les pompiers du Bangladesh des protocoles, qui n'existaient pas. Cela paraît logique ici, mais dans certains pays, les notions de plan d'évacuation ou de sécurité incendie sont assez relatifs ».

Enfin, Gémo glisse la solidarité comme quatrième point essentiel de son projet, que ce soit dans les initiatives de ses salariés ou les programmes médicaux et éducatifs en Inde ou au Cambodge.

Tout l'enjeu pour la direction de Gémo est de bien doser l'intégration de cette démarche et de la collection  "Mieux by Gémo", en conservant l'attractivité de son offre avec un positionnement accessible. L'enseigne entend aussi progressivement faire baisser la part de ses produits vendus à prix barrés de 25 % à 20 %. Un autre challenge, qui dépendra de la conjoncture, mais qui pourrait permettre d'améliorer la rentabilité d'une société qui revendiquait 873 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2018, en léger repli par rapport à 2017.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com