×
155
Fashion Jobs
PURE
Junior PR Account Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Electro - Belgique
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager Benelux – Wholesale - Fashion - Premium Luxe
CDI · ANVERS
L’ORÉAL GROUP
Key Account Manager - Luxe Division- Start Asap
CDI · Brussels
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
EASTPAK
Digital Strategic Account Specialist - Eastpak
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Marketing Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
V. F. CORPORATION
Senior Treasury Analyst
CDI · BORNEM
PROJECT DISTRIBUTION
Junior Sales Representative
CDI · BRUXELLES
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
L’ORÉAL GROUP
Demand Planner Fmcg
CDI · Brussels
ABERCOMBIE & FITCH
Manager Débutant - a&f Bruxelles - CDI - 35h
CDI · BRUXELLES
VALÉRIE BERCKMANS SPRL
Assistant(e) Styliste
Stage · BRUXELLES
GIORGIO ARMANI
Sales Assistent - Verkoop(Ster)
Stage · BRUXELLES
POLO RALPH LAUREN
Sales Associate H/F - Temp Contract 6 Months - Inno Bruxelles
CDD · BRUXELLES
GILSON JUWELIER
Topverkoper - Shop Manager
CDI · BRUSSEL
ATELIER VALENTINE AVOH
Stage en Communication
Stage · BRUXELLES
TENUE DE VILLE
Stage en Marketing/Communication
Stage · BRUXELLES
NATACHA CADONICI
Stagiaire Assistant/e Communication /E-Commerce
Stage · BRUXELLES
Publicités

La croissance française revue à la hausse à 0,3% au deuxième trimestre

Par
AFP
Publié le
today 29 août 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La croissance économique a atteint 0,3% en France au deuxième trimestre, un chiffre légèrement plus élevé que ce qui avait été initialement annoncé (0,2%), selon une deuxième estimation publiée jeudi par l'Insee.


Un drapeau français - AFP Jacques Demarthon


Cette révision, qui s'explique selon l'Insee par des corrections saisonnières, conforte les objectifs fixés par le gouvernement, qui table sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,4% pour l'ensemble de l'année 2019.

Ce chiffre a été atteint malgré une consommation des ménages décevante, cette dernière n'ayant progressé que de 0,2% entre avril et juin, malgré les gains de pouvoir d'achat liés aux mesures d'urgence votées sous la pression des "gilets jaunes".

Selon l'organisme public, la consommation a notamment reculé de 0,2% dans le secteur alimentaire, et de 0,5% dans le secteur des biens fabriqués. Les achats de services ont quant à eux progressé de 0,5%, soit le même rythme qu'au trimestre précédent.
Le taux d'épargne des ménages français, au plus haut depuis la fin de l'année 2018, a pour sa part légèrement reculé, tout en restant à un niveau élevé: il s'est établi selon l'Insee à 14,9% contre 15,3% au premier trimestre.

L'investissement, autre moteur de la croissance française, est resté quant à lui très dynamique: selon l'Insee, il a atteint 0,9%, après avoir augmenté de 0,5% au premier trimestre, porté par l'investissement des entreprises (+0,9%).

Les exportations, de leur côté, sont restées stables, alors qu'elles avaient légèrement progressé (+0,1%) entre janvier et avril.
Les importations ayant fléchi (-0,2% après +1,1%), sous l'effet du repli des achats d'hydrocarbures, la contribution du solde extérieur à la croissance s'est avérée légèrement positive, à +0,1 point contre −0,3 point au trimestre précédent, selon l'Insee.
Les variations de stocks, enfin, ont pesé négativement sur l'activité, amputant la croissance de 0,2 point de PIB après l'avoir dopé de 0,3 point lors du premier trimestre.

Avec ces résultats, l'"acquis de croissance" -- c'est-à-dire le niveau que le PIB atteindrait à la fin de l'année si la croissance restait nulle au cours du prochain semestre -- était au 30 juin de 1,1%, au lieu des 1% initialement prévus.

Ce niveau est une bonne nouvelle pour le gouvernement, dans un contexte de ralentissement généralisé de l'activité au sein de la zone euro.

"Nous avons un niveau de croissance qui est solide", a assuré mardi sur LCI le ministre de L'Economie Bruno Le Maire, qui a précisé maintenir sa prévision de croissance à 1,4% pour l'ensemble de 2019. "Nous verrons d'ici un mois s'il y a besoin ou non de réviser ce chiffre", a-t-il toutefois précisé.

Selon la Banque de France, mais aussi selon l'OCDE, le FMI et la Commission européenne, l'activité économique devrait progresser de 1,3% cette année, contre 1,7% en 2018.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Tags :
Autres
Business