×
147
Fashion Jobs
CONFIDENTIEL
Marketing Manager on et Off Line
CDI · WATERLOO
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Jodoigne
CDI · JODOIGNE
ETREAC AGENCY
Planning Officer
CDI · NAMUR
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Showroom / Assistant(e) Commerciale – Fashion Wholesale - Benelux (Bruxelles)
CDI · BRUXELLES
PROJECT DISTRIBUTION
Responsable E-Commerce /Digital Marketing
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Erquelinnes
CDI · ERQUELINNES
COURIR
New Market HR Officer - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
KIPLING
Manager, PR &Amp; Social - Kipling
CDI · ANVERS
FASHION & LUXURY SELECTION
District Manager - Belgique
CDI · BRUXELLES
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Administratif & Financier – Retail Ameublement – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Category Manager/Acheteur – Retail – Charleroi
CDI · CHARLEROI
CALZEDONIA
District Manager Calzedonia Luxembourg
CDI · BRUXELLES
MAISONS DU MONDE
Visuel Principal - Mons (H/F)
CDI · MONS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Field Manager – Luxe Perfumes & Cosmetics – Belgique (Bruxelles)
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
POKER JEANS STORE
Stagiaire Comptabilite
Stage · WATERLOO
POKER JEANS / JEANSLAND
Stagiaire Achat
Stage · WAUTHIER-BRAINE
Publicités

La Fashion Week masculine tente de s'imposer à New York

Par
AFP
Publié le
today 1 févr. 2016
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après un lancement réussi en juillet, la Semaine de la mode masculine a fait un retour très attendu ce lundi sur les podiums new-yorkais dans le sillage de Londres, Milan et Paris, et tente de s'imposer auprès des professionnels.

Duckie Brown - Spring-Summer2016 - Menswear - New York - © PixelFormula


Désireux de transformer l'essai pour cette deuxième édition, les organisateurs new-yorkais ont prévu un calendrier automne-hiver 2016 plus dense que l'été dernier - avec 60 shows ou défilés contre 51 - et misent sur une plus grande couverture médiatique, avec quelque 800 demandes d'accréditations contre un peu plus de 500. Près de la moitié des shows seront accueillis dans le sud-ouest de Manhattan. Les défilés féminins suivront de peu, la semaine suivante.

« Le succès de la première Fashion Week pour homme a dépassé nos attentes », a indiqué à l'AFP Steven Kolb, qui dirige le Conseil des créateurs de mode américain (CFDA).

« Le soutien de la presse et des acheteurs locaux a été essentiel, tout comme celui de la communauté internationale du vêtement masculin », a noté Bruce Pask, directeur de la mode homme des magasins Bergdorf Goodman.

Cependant, il est trop tôt pour crier victoire, reconnaît Steven Kolb, beaucoup restant à faire avant d'exister face aux mastodontes européens. « Nous n'en sommes qu'à notre deuxième saison et il nous reste à démontrer que notre action est digne de l'attention des journalistes et des acheteurs », explique-t-il. Selon lui, le prochain défi est « d'augmenter la participation des acteurs internationaux ».

Le calendrier des quatre prochains jours n'a pas encore le chic du programme parisien ou milanais, mais il ne manque pas de panache. Parmi les grands noms, on retrouve Tommy Hilfiger, Michael Kors, Calvin Klein (collection capsule du soir), Perry Ellis, Theory, mais aussi John Varvatos, arraché en juillet dernier aux podiums italiens après huit ans d'absence.

Surfant sur la vague du streetwear branché, une nouvelle garde de designers ne manquera pas d'éveiller l'intérêt d'éditeurs de mode et de blogueurs à la recherche des nouvelles icônes du cool, avec Public School bien sûr, John Elliott mais aussi le Californien Stampd, élu meilleure griffe masculine par le magazine spécialisé GQ en 2015.

Seront aussi surveillés Duckie Brown, dont le show avait fait sensation en juillet, Greg Lauren, neveu de Ralph, absent des podiums new-yorkais cette saison, Siki Im et ses installations artistiques, Gipsy Sport (lauréat du prix Vogue/CFDA en 2015), Robert Geller, le spécialiste des costumes Joseph Abboud, le frère de la créatrice Rebecca Minkoff, Uri Minkoff et les Californiens Second/Layer ou Jeffrey Rüdes.

Certains manqueront toutefois à l'appel cette saison, dont le très suivi Thom Browne, resté à Paris, Rag & Bone, qui se contente d'un show mixte lors du calendrier féminin, et Michael Bastian, pourtant longtemps le chantre d'une Fashion Week homme. Le créateur se contentera cette fois d'un « shooting privé en studio », a confié son service de presse à l'AFP.

Rien d'étonnant à cela, selon certains observateurs, selon qui cette deuxième NY Fashion Week homme a souffert d'emblée d'un problème de calendrier.

« Le timing n'est pas terrible cette saison : on est trop proches des shows européens », ce qui laisse peu de temps aux acheteurs et aux éditeurs pour se déplacer afin d'assister aux défilés masculins. La priorité pour beaucoup reste encore d'assister aux shows féminins, a noté Vincenzo Gatto, qui enseigne au Fashion Institute of Technology (FIT). « D'autant que les salons professionnels du vêtement masculin à New York viennent de s'achever, et beaucoup d'acheteurs sont déjà repartis en Floride, dans le Midwest ou en Californie », alors qu'en juillet les organisateurs « étaient parvenus à tout faire coïncider », a-t-il ajouté.

Pour cet expert du secteur, « l'initiative d'une Fashion Week dédiée à l'homme reste toutefois excellente » : les hommes ne sont plus « noyés dans la masse des shows de mode féminine », un secteur en moins forte croissance mais encore largement dominant. « Et cela permet à des petits créateurs et à l'innovation d'attirer l'attention » dans un monde du vêtement masculin en pleine explosion.

Par Prune Perromat

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.