×
155
Fashion Jobs
CALZEDONIA
District Manager Belgique - Calzedonia Group
CDI · BRUXELLES
PURE
Junior PR Account Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Electro - Belgique
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager Benelux – Wholesale - Fashion - Premium Luxe
CDI · ANVERS
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
EASTPAK
Digital Strategic Account Specialist - Eastpak
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Marketing Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
V. F. CORPORATION
Senior Treasury Analyst
CDI · BORNEM
PROJECT DISTRIBUTION
Junior Sales Representative
CDI · BRUXELLES
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
L’ORÉAL GROUP
Demand Planner Fmcg
CDI · Brussels
MAISONS DU MONDE
Adjoint Hors Meuble - Arlon H/F
CDI · ARLON
MAISONS DU MONDE
Vendeur Principal - Marche-eN-Famenne (H/F)
CDI · MARCHE-EN-FAMENNE
FASHION & LUXURY SELECTION
Sales Assistant fr/Angl - nl
CDI · BRUXELLES
HOLLISTER CO
Assistant Manager (Manager in Training) - Hollister Waasland - Full Time
CDI · SAINT-NICOLAS
ABERCOMBIE & FITCH
Manager Débutant - a&f Bruxelles - CDI - 35h
CDI · BRUXELLES
VALÉRIE BERCKMANS SPRL
Assistant(e) Styliste
Stage · BRUXELLES
GIORGIO ARMANI
Sales Assistent - Verkoop(Ster)
Stage · BRUXELLES
POLO RALPH LAUREN
Sales Associate H/F - Temp Contract 6 Months - Inno Bruxelles
CDD · BRUXELLES
Publicités

Le commerce coopératif face aux défis de la transmission et du numérique

Publié le
today 17 avr. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Forte des bons résultats rencontrés par le commerce coopératif et associé en 2018, la fédération de la branche, la FCA, entend continuer à pousser le gouvernement à soutenir la transmission de ses commerces, à l’heure où un nombre croissant de gérants prennent leur retraite. Mettant en danger une partie des réseaux.


La fédération du commerce coopératif et associé réuni 180 enseignes représentant 49 880 points de vente et générant 7 % du PIB - FCA


Ainsi, l’an passé, quelque 2 300 transmissions de commerces coopératifs et associés ont été opérées, contre seulement 920 en 2015. « Nous sommes comme toutes les autres entreprises touchées par le départ en retraite de la génération Baby Boom, avec un risque supplémentaire qui est la désintégration d’un réseau », explique le président de la Fédération du Commerce Coopératif et Associé, Eric Plat. « Car il y a toujours la tentation de revendre son commerce au plus offrant, plutôt que de transmettre à un repreneur qui restera chez l’enseigne. Cela peut sérieusement amputer des réseaux. »

Une situation qui implique une anticipation accrue des transmissions, y compris de la part des enseignes elles-mêmes. Ainsi, 86 % des réseaux proposent désormais une aide au montage financier du dossier de reprise, 76 % proposent un conseil juridique et financier aux entrepreneurs et 50 % proposent un accompagnement financier direct. A ceci s’ajoutent 45 % de groupes disposant directement d’une filiale financière. La FCA a de son côté la Socorec, société coopérative proposant des prêts directs et un cautionnement.  

Pour l’heure, 39 % des transmissions sont motivées par un départ en retraite. A ceci s’ajoutent 23 % de transmissions motivées par un cession familiale. « Qui généralement sont elles aussi motivées par un départ à la retraite », précise Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA. Et c’est précisément dans l’optique de ces transmissions du commerce à un membre de la famille que la fédération a milité, dans le cadre de la loi de finance 2019, pour la pérennisation du « Pacte Dutreil », qui permet une exonération fiscale du cédant.

Mais la FCA veut également encourager la cession à un salarié du commerce, via un « Pacte Ascenseur Social ». Un dispositif qui, outre une incitation par exonération pour le cédant, introduirait des soutiens dans la mise en place du repreneur. « C’est une demande sur laquelle les pouvoirs publics n’ont pas encore statué », indique Alexandra Bouthelier.

La responsable souligne par ailleurs l’engagement de la fédération pour l’équité fiscale avec l’e-commerce. « L’idée n’est pas de dire qu’il faut taxer plus l’e-commerce. Mais de dire qu’il faut retrouver une base d’imposition qui soit transverse et concerne tous les commerces, quels que soient les canaux de distribution », indique la directrice générale, qui doute que la taxe Gafa change les choses. La responsable s’interroge par ailleurs sur le rapport officiel sur la fiscalité locale, jamais publié par Bercy (lire notre article « Où est passé le rapport officiel sur la fiscalité locale ? ») : « Nous avons tous été auditionnés. Nous savons tous ce qui va en ressortir. Mais le document ne sort pas… »

Mais le numérique n’est pas qu’affaire de fiscalité, c’est aussi une révolution commerciale dans laquelle le commerce coopératif et associé veut s’inscrire plus avant. « Il y a une vraie prise de conscience, se félicite Eric Plat. Mais il est beaucoup plus difficile à mettre en place dans notre modèle de commerce que dans une structure pyramidale, avec chaque commerçant ayant choisi de son côté une approche ou une solution. »

Aujourd’hui, 100 % des enseignes de la FCA ont un site Internet et 55 % vendent en ligne. Pour la FCA, un gros travail reste à mener pour coordonner à l’échelle des réseaux, ou tout du moins localement, les démarches en ligne. En attendant, quelque 90 % des groupements interrogés font du numérique une préoccupation majeure, placée au cœur de leurs stratégies respectives.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com