×
Par
AFP
Publié le
10 août 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le fonds activiste Bluebell maintient sa demande malgré le refus de Richemont

Par
AFP
Publié le
10 août 2022

© 2022 AFP - Le fonds activiste Bluebell Capital veut toujours faire entrer Francesco Trapani, l'ancien patron du joailler italien Bulgari, au conseil d'administration de Richemont malgré le refus du groupe suisse, a indiqué son cofondateur à l'AFP.


Francesco Trapani - Archives


Lundi matin, le géant du luxe propriétaire de la maison de joaillerie Cartier a publié la convocation pour son assemblée générale annuelle, recommandant de voter contre la candidature de Francesco Trapani.

Richemont a proposé à la place de faire élire Wendy Luhabe qui est déjà administratrice depuis 2020 afin de représenter les porteurs d'actions de type A.

En juillet, Bluebell Capital avait exigé des changements au sein du conseil d'administration de Richemont. Ce fonds activiste londonien, qui s'est fait connaître à travers un bras de fer avec le groupe agroalimentaire français Danone et le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline, reproche au groupe genevois de ne pas faire de place aux porteurs d'actions de type A au sein de son conseil d'administration.

Les actions de Richemont se décomposent en deux catégories. Les actions A sont celles cotées en Bourse. Les actions B sont détenues par la Compagnie Financière Rupert, qui tire son nom de la famille fondatrice du groupe, connue pour avoir fait fortune dans le tabac en Afrique du Sud avant de se diversifier dans le luxe. Elles ne sont pas cotées en Bourse.

Mais avec seulement 9,1% du capital, ces actions B représentent 50% des droits de vote, fustige le fonds activiste qui déplore la disproportion dans la représentation au conseil d'administration alors que les actions A représentent plus de 90% des intérêts économiques dans l'entreprise.

Dans une lettre adressée au groupe suisse, le fonds avait souligné que si les porteurs de ces actions cotées en Bourse ont en théorie le droit à siège, "aucun des administrateurs actuels" ne les représente pour l'instant.

- Un argument "renforcé" pour Francesco Trapani -



Bluebell avait exigé que Richemont porte à trois le nombre d'administrateurs représentant les actions A et proposé la candidature de Francesco Trapani, un des fondateurs du fonds activiste, mettant en avant son expérience dans la joaillerie.

Arrière-petit fils du fondateur de Bulgari, Francesco Trapani avait aussi dirigé le pôle joaillerie et horlogerie de LVMH de 2011 à 2014 après le rachat de cette maison italienne par le géant français du luxe. Il était resté conseiller de Bernard Arnault jusqu'en 2016.

Il a également siégé au conseil d'administration du bijoutier américain Tiffany & Co de 2017 à 2019 avant son rachat par LVMH, un des grands concurrents de Richemont.

Malgré le refus de Richemont d'endosser son candidat, Giuseppe Bivona, le cofondateur et directeur des investissements de BlueBell, s'est félicité d'une avancée "sans précédent", selon lui. "Pour la première fois, nous avons réussi à faire reconnaître à l'entreprise que les porteurs d'actions A ont le droit à une représentation", a-t-il déclaré à l'AFP, tout en maintenant sa demande concernant la candidature de Francesco Trapani.

Il s'est également félicité de voir que seuls les porteurs d'actions A pourront participer au vote pour leur représentant lors de l'assemblée générale. Giuseppe Bivona regrette cependant que le groupe propose une administratrice qui était déjà en poste pour représenter les actions B.

"Leur réponse signale au marché le problème que nous soulignons", a-t-il affirmé, estimant que cette contre-proposition de Richemont ne fait que "renforcer notre argument" en faveur d'un administrateur indépendant comme Francesco Trapani, a-t-il ajouté.

Les fonds activistes font trembler les conseils d'administration. Allié au fonds Artisan Partners, Bluebell avait été à la tête d'une fronde d'actionnaires qui avait conduit l'an passé à l'éviction du patron de Danone, Emmanuel Faber qui dirigeait le groupe depuis 2014.

L'assemblée générale de Richemont doit se tenir le 7 septembre à Genève.

Le groupe, qui génère la moitié de son chiffre d'affaires dans la joaillerie mais est aussi actif dans l'horlogerie et la mode et accessoires avec des marques telles que Chloé ou les stylos Montblanc, a également recommandé de rejeter les autres propositions du fonds activiste.

Zurich, 8 août 2022 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.