Le premier flagship chinois de Topshop ouvrira à Shanghai cet automne

Mieux vaut tard que jamais. Voilà longtemps qu'on attendait Topshop et Topman en Chine : plus d'un an après avoir signé un accord pour pénétrer le marché chinois, le groupe britannique posera finalement pied à Shanghai. 


Topshop

Le premier magasin chinois des deux marques, contrôlées par le groupe britannique Arcadia, sera situé sur la rue Huaihai, artère animée de la plus importante ville commerçante du pays, et occupera 3 400 mètres carrés répartis sur trois étages. Les travaux ont déjà commencé dans les locaux - le magasin devrait ouvrir ses portes en septembre prochain.

Pour le moment, mis à part sa présence aux Galeries Lafayette de Pékin et ses deux magasins de Hong Kong, Topshop est distribuée sur le territoire chinois via son site d'e-commerce exclusivement.

Cette décision d'implanter des magasins en Chine continentale intervient relativement tardivement. Topshop se retrouve donc à la traîne de ses principaux rivaux de la fast fashion, sur un marché qui pourrait bien être le plus important au monde pour ce secteur.

L'annonce concrète de l'ouverture du flagship à Shanghai fait suite à l'accord signé à la fin de l'année 2016 avec le géant du e-commerce chinois Shangpin.com, qui visait à ouvrir des magasins physiques en Chine. À l'époque, on parlait de 80 magasins et les prévisions initiales annonçaient que les premiers magasins ouvriraient dès 2017. Mais le patron d'Arcadia, Sir Philip Green, avait précisé que la date visée était plutôt située au printemps-été 2018.

L'entreprise a clairement du retard sur son calendrier, mais ce n'est pas surprenant. Topshop avait du pain sur la planche sur le plan international l'an dernier - notamment l'échec de ses activités franchisées en Australie et en Nouvelle-Zélande, et la fermeture de plusieurs magasins en Espagne.

Ces récents déboires à l'international ont eu le mérite de prouver l'importance cruciale de l'adaptation des produits à un marché donné : il ne suffit pas de s'appuyer sur la force de son image de marque pour s'en sortir.

Mais l'ouverture d'un magasin en Chine a du sens d'un point de vue commercial. Selon un rapport publié l'an dernier par AT Kearney, la Chine serait en deuxième position (derrière l'Inde) en termes d'attractivité pour les investisseurs, attirés par l'immensité de son marché de consommation.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER