Les BigBoss veulent voir plus loin que l'e-commerce

Cinq ans après sa création, le rendez-vous e-commerce Les BigBoss va dès 2019 élargir son approche alternative aux salons professionnels à quatre nouveaux univers : les services ressources humaines, financiers, communication et achats.


Hervé Bloch animant vendredi 30 octobre les 5 000 « speed dates » organisés entre dirigeants de portail et prestataires à Val Thorens - Nonstoprod

Un développement qui prendra d'abord la forme de dîners sectoriels mettant en relation entreprises et prestataires de service. Avant de se décliner, en cas de succès, en journée spéciale, comme celles d'ores et déjà dédiées aux secteurs Banque-assurances, Pharma et Santé, Automobile et Transports, ou encore aux responsables informatiques (DSI et CTO). L’étape suivante est la mise sur pieds des événements de deux jours en province, à l'image des rendez-vous BigBoss Tourisme & Loisirs ainsi que Mode, Beauté & Retail, qui tiendront l'an prochain leur troisième édition. Pour l’heure, un premier dîner dédié aux ressources humaines vient de se tenir, réunissant responsables de grands groupes et prestataires spécialisés, et a conforté les organisateurs dans leur approche.

« Nous voulons montrer que la logique des BigBoss se duplique car il y a désormais des attentes professionnellement similaires dans d'autres fonctions que l'e-commerce et l'omnicanal », explique Hervé Bloch, fondateur du réseau d'événements professionnels. « Car les enjeux sur lesquels les BigBoss se sont fondés sont désormais au coeur des nouvelles impulsions voulues par les entreprises. L'idée est donc de décliner le modèle sur toutes les fonctions névralgiques. Nous avons privilégié cette verticalisation à une internationalisation, malgré des demandes, car nous pensons que l'esprit BigBoss peut avoir un rôle à jouer pour ceux-ci. »

L'annonce a été faite à l'occasion de la Winter Edition, qui a emmené près de 600 dirigeants de portails et prestataires dans les Alpes du 30 novembre au 2 décembre. Ce sont désormais quelque 10 millions d'euros de contrats qui seraient signés par session, avec en moyenne 1,9 contrat signé par dirigeant de portail présent. Depuis sa création, l'événement aurait permis la signature de 60 millions d'euros de contrats, permettant aux prestataires sponsors, qui financent l'événement, d'avoir un retour d'investissement de l'ordre de 3 à 7.
 
Acquisitions, conversions et relations client

« L'événement crée une vraie ouverture », explique Vincent Klingbeil, directeur associé du spécialiste du recrutement Ametix, grand habitué de l'événement. « Ici, une petite société peut avoir un contact direct avec des responsables de grands groupes qui, le reste du temps, ne s'intéressent à vous que si vous êtes déjà gros ». Ce que confirme Grégory Amar, directeur général d'Eddo, spécialiste expérience utilisateur et conversion, qui a plus récemment rejoint l’événement. « Il y a très peu de blabla, tout va à l'essentiel », explique le responsable, précisant avoir cessé tout autre événement professionnel. « Pour une structure de notre taille, parler à ces grands dirigeants, ce n'est possible qu'ici. »


Pour la première fois, les BigBoss organisaient le 1er décembre une seconde série de rencontre afin de prolonger les contacts les plus pertinents établis la veille - Nonstoprod

Du côté de ces fameux « BigBoss » eux-mêmes, le premier intérêt ne serait pas la simple quête de prestataires. « C'est une occasion assez unique d'échanger avec nos pairs, en plus de mener une veille sur les différents enjeux technologiques », explique à FashionNetwork le responsable digital d'un groupe cosmétique. Venue avec en tête les gros objectifs e-commerce de son enseigne d'habillement, une autre BigBoss confie apprécier les rencontres initiales, chronométrées. « La règle étant de faire rapidement connaissance, on ne perd pas de temps si ça ne colle pas à nos besoins, explique-t-elle. Ce qui ne veut pas dire que cette rencontre, conviviale, ne va pas devenir pertinente grâce à l’évolution de nos besoins. »

Après cinq années à organiser des « speed dates » entre prestataires et BigBoss, sur la base des besoins individuels de ces derniers, le rendez-vous est d’ailleurs devenu un témoin privilégié de l'évolution du métier de la vente en ligne, statistiques à l'appui. « Au début, les BigBoss pensaient acquisition, se souvient Hervé Bloch. Puis l'on est passé à une logique de conversion. Maintenant, on voit s'installer des logiques de relation et d'expérience client. Car cela coûte cher d'acquérir un client et il faut qu'il revienne pour rentrer dans ses frais. D'où le poids grandissant des offres de production de contenus, vidéos, d'émotion et de story-telling. A nos débuts, beaucoup pensaient que c'était inutile. Désormais, tous savent que c'est essentiel pour faire face à la concurrence et séduire les millenials. »

La prochaine Summer Edition des BigBoss se tiendra pour la première fois en mai, du 10 au 12. Permettant de poursuivre avant les congés estivaux les discussions engagées dans la future destination, dont on sait simplement qu'elle se trouve dans l'espace Schengen. La prochaine édition Mode, Beauté & Retail se tiendra pour sa part du 17 au 18 octobre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversLuxe - DiversBeauté - DiversArt de vivre - DiversSalons
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER