Les défilés printemps-été 2019 ont poussé plus loin la diversité

(Relaxnews) - Alors que le monde de la mode se remet à peine d'un mois de présentations des collections printemps-été 2019, une étude montre que cette saison aura été la plus diverse de son histoire.


AFP

A en croire le tout dernier rapport concernant la diversité réalisé par The Fashion Spot, 36,1 % des mannequins recrutés de New York à Londres, en passant par Milan et Paris n'étaient pas blancs cette saison, ce qui représente une augmentation de 3,6 % par rapport aux défilés de l'automne 2018.

New York est une pionnière en la matière, la ville américaine ayant été de loin la plus colorée de l'histoire des Fashion Weeks. Au total, 44,8 % des mannequins qui ont foulé les podiums représentaient la diversité ethnique mondiale, devant Londres 36,2 %. A Paris, 32,4 % des mannequins étaient d'origines diverses, devant Milan 29,9 %. On notera que la ville italienne aura hébergé le seul défilé du mois de la mode 100 % blanc, celui de la maison de luxe Daniela Gregis.

En têtes d'affiche de ce mouvement vers plus de diversité : la Canadienne Winnie Harlow, qui a défilé pour 14 maisons, mais aussi la star britannique Adwoa Aboah, qui a foulé le podium de sept maisons. 

Mais la diversité ne se limite pas à l'ethnicité, de nombreux défilés ont aussi embrassé la tendance des mannequins grandes tailles. Au total, 54 femmes aux formes généreuses ont été remarquées lors de 15 défilés organisés dans les 4 villes, soit beaucoup plus que lors de la saison précédentes où seulement 30 femmes pulpeuses avaient défilé pour 10 maisons. Les transgenres et autres mannequins inclassables dans un genre précis ont aussi été plus représentés que jamais cette saison, avec 91 apparitions sur les podiums de 52 présentations.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 AFP-Relaxnews.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER