×
187
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Les enseignes ont connu en France une année 2018 délicate

Publié le
today 18 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La fin d’année 2018, émaillée par le mouvement des gilets jaunes, a effectivement pesé sur la tendance déjà baissière de l’activité des enseignes en France. Comme le décrit la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé, leur chiffre d’affaires réalisé en magasin a fléchi de 3,3 % sur 12 mois. Pour rappel, l’année 2017 avait été stable (-0,2 %).


Les commerces de centre-ville ont vu leur activité reculer de 3 % en France en 2018, selon Procos - DR


La chute des ventes des chaînes de magasins (mode, déco, loisir, restauration…) a atteint -6,8 % en novembre et -3,9 % en décembre. Heureusement, octobre avait présenté un bond de 5,3 %, ce qui porte finalement le recul du 4e trimestre à -2,6 % à surface égale.

Alors que l’année 2017 (-2,7 %) avait marqué une baisse moins importante après plusieurs années de déclin, la fréquentation des boutiques a dévissé de 6,7 % sur l’année écoulée, selon l'observatoire de la fréquentation Procos/Stakr. Toutes les typologies d’emplacement subissent une perte d’activité, mais on peut tout de même distinguer que les centres commerciaux de centre-ville ont davantage souffert (-5,1 %) que les magasins de périphérie (-2,7 %) et les magasins des rues marchandes (-3 %).


Seuls deux mois dans l’année 2018 ont affiché une progression par rapport à la même période en 2017 - Procos


Si l’on se concentre sur les différents secteurs d’activité, l’équipement de la personne et la beauté/santé montrent les bilans les plus critiques avec un repli des ventes annuelles en point de vente de -4,15 % et -4 % respectivement. L’équipement de la maison (+1 %) et la restauration (+1 %) ont été les seuls secteurs positifs.
 
« Météo peu favorable au textile, à l’exception d’octobre, grève SNCF et gilets jaunes sont les événements marquants d’une année qui avait déjà très mal commencé puisque janvier (mois des soldes) a été négatif à -3,5 % par rapport à un mois de janvier 2017 déjà très négatif (-6,2 %) », commente Procos.
 
Se projetant sur l’exercice 2019, la fédération annonce déjà que les soldes d’hiver débutés le 10 janvier dernier ne permettront pas de rattraper l’activité des mois de novembre et décembre. L’année présente toutefois « des raisons d’espérer avec une hausse du pouvoir d’achat mais, il reste des inconnues : de nombreux magasins restent impactés par les manifestations le samedi et l’état d’esprit des Français va-t-il s’améliorer ? ». L’incertitude des comportements à la suite du prélèvement de l’impôt à la source et le moral de la population, au plus bas depuis 2014, sont aussi des enjeux à prendre en compte.
 
Et pourtant, c’est tout un secteur, celui des enseignes retail, qui doit réussir sa mutation. « Le mouvement des gilets jaunes est seulement un facteur aggravant d’une tendance de fond bien enclenchée d’évolution du rapport à la consommation », livre Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos. Il espère néanmoins que la fragilisation grandissante de certains acteurs ne va pas amputer les investissements qu’ils auraient mis en place pour se transformer ou se restructurer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com