×
145
Fashion Jobs
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
Marketing Manager on et Off Line
CDI · WATERLOO
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Jodoigne
CDI · JODOIGNE
ETREAC AGENCY
Planning Officer
CDI · NAMUR
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Showroom / Assistant(e) Commerciale – Fashion Wholesale - Benelux (Bruxelles)
CDI · BRUXELLES
PROJECT DISTRIBUTION
Responsable E-Commerce /Digital Marketing
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Erquelinnes
CDI · ERQUELINNES
COURIR
New Market HR Officer - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
KIPLING
Manager, PR &Amp; Social - Kipling
CDI · ANVERS
FASHION & LUXURY SELECTION
District Manager - Belgique
CDI · BRUXELLES
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Administratif & Financier – Retail Ameublement – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Category Manager/Acheteur – Retail – Charleroi
CDI · CHARLEROI
CALZEDONIA
District Manager Calzedonia Luxembourg
CDI · BRUXELLES
MAISONS DU MONDE
Visuel Principal - Mons (H/F)
CDI · MONS
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
HOLLISTER CO
Assistant Manager (Manager in Training) - Hollister co. Waasland - Full Time
CDD · SAINT-NICOLAS
FASHION & LUXURY SELECTION
Sales Advisor (nl/fr/Eng)
CDI · BRUSSEL
PIMKIE
Winkelverantwoordelijk(e) Sint-Niklaas m/v
CDI · SAINT-NICOLAS
COURIR
Vendeuse/Vendeur - Charleroi - CDI - 38h - f/h
CDI · CHARLEROI
Publicités

Les recettes touristiques françaises révisées en forte hausse

Par
AFP
Publié le
today 31 janv. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Banque de France (BdF) a révisé en forte hausse ses données sur les recettes touristiques, à 49 milliards d'euros contre 38 milliards précédemment pour l'année 2016, mettant notamment en avant une importante sous-estimation de la dépense par visiteur.


DR


Les montants dépensés dans l'Hexagone par les touristes y séjournant pour motif personnel ou professionnel sont comptabilisés dans la ligne « Voyage » de la balance de paiements de la France. Pour 2016, les chiffres présentés au printemps faisaient état de 38,4 milliards d'euros de recettes touristiques.

Mais « nous avons révisé ces chiffres car nous nous sommes rendu compte qu'il fallait qu'on publie une mesure plus précise, compte tenu des nouvelles provenances » des touristes ou encore « de la digitalisation » (numérisation) du secteur. « On y travaille depuis 2015 », a indiqué lors d'un point presse Jacques Fournier, directeur général des statistiques de la Banque de France.

Le nombre d'enquêtes menées auprès des touristes quittant le territoire - concernant leurs dépenses pendant leur séjour - a ainsi été fortement accru auprès des Chinois (+45 % entre 2016 et 2017), des Indiens (+72 %) et des Japonais (+88 %), pour atteindre un total de 60 000 questionnaires par an pour 190 pays de provenance.

Un accord a également été passé avec les banques françaises pour « une pleine exploitation des données des cartes bancaires » des touristes, sur les montants dépensés mais aussi le nombre de cartes et de transactions. Un accord avec un « important opérateur national » a également été passé pour exploiter des données issues de la téléphonie mobile, précise la Banque de France.

L'exploitation de ces nouvelles données a conduit à la révision des recettes touristiques pour 2016, à 49 milliards d'euros contre 38 milliards précédemment. Pour 2017, l'estimation de cette recette est de 54 milliards, un chiffre qui sera affiné le 10 avril lors de la publication des données 2017 de la balance des paiements.

Les chiffres changent radicalement pour les touristes chinois: alors que leur panier de dépenses (hors transport) était jusqu'à présent établi à 413 euros par séjour, il passe à 1 647 euros par visiteur en 2017 après révision.

« Ces modifications "impacteront" directement le solde des transactions courantes. Cela n'aura toutefois quasiment pas d'incidence sur les variations de ce solde d'une année à l'autre », a précisé la Banque de France.

Le gouvernement, qui se basait jusqu'à présent sur les chiffres non révisés, a récemment réaffirmé son objectif d'atteindre les 50 milliards d'euros de recettes touristiques d'ici 2020, une cible qu'il va peut-être devoir revoir au vu des données révisées par la Banque de France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.