LolaLiza, l'enseigne belge s'étend dans le nord de la France

Avançant pas à pas dans l’Hexagone, LolaLiza teste encore prudemment ce marché, mais n’en fait pas moins progresser son réseau. Après avoir signé une première implantation en 2014, l’enseigne belge de mode féminine moyen de gamme totalise désormais onze adresses françaises.


La boutique lilloise de la marque se déploie sur 140 mètres carrés. - Lolaliza

Le 30 août, LolaLiza a inauguré à Lille une nouvelle boutique de 140 mètres carrés au sein du centre commercial Euralille. « Il s’agit de notre première implantation dans un centre commercial situé en centre-ville, décrit Juliette Fleuret, responsable de l’expansion de l’enseigne en France. C’est un magasin dont l’enjeu est clairement l’image et la pénétration de marché ».

La chaîne appartenant à la famille Appelstein (via le groupe PP Retail) se déploie donc en grappes dans le nord de la France : celle-ci ouvrira en octobre les portes d’un nouveau point de vente à Noyelles-Godault (62), entre Lens et Douai, au sein d’une zone commerciale de périphérie cette fois-ci. Pour 2019/2020, de nouvelles implantations sont prévues, notamment en Ile-de-France, où LolaLiza n’est pas encore représentée.  

L’objectif de la dirigeante est également de mettre en œuvre davantage de services omnicanaux en magasin : le clic and collect a été lancé, alors que l'e-réservation est en test dans deux points de vente. A Lille, un service de coaching mode et de relooking sera également expérimenté cet automne.


La campagne de la collection automne-hiver 2018/19 de l'enseigne. - Lolaliza

En parallèle, l’offre produit évolue : ciblant toujours les femmes de 30 à 45 ans, LolaLiza segmente désormais sa collection en différents thèmes marqués en fonction des tendances mode, alors qu'elle proposait auparavant une offre plus casual et intemporelle. « Il y a beaucoup de concurrence et, pour nous positionner au mieux, nous avons effectué au siège un important travail de 'branding' de marque, explique Juliette Fleuret. Nous lançons une campagne le 24 septembre dans laquelle un vrai travail centré sur la féminité a été effectué ». Dans ce cadre, une réflexion est actuellement menée autour de la pertinence de la pérennisation de la petite ligne de mode enfantine que propose l’enseigne.

Née en 2001, la chaîne s’appuie outre-Quiévrain sur un réseau comptant près de 100 magasins et possède aussi une poignée de boutiques aux Pays-Bas et au Luxembourg. Selon le média belge De Tijd, l’entreprise a généré 99,7 millions de chiffre d’affaires en 2017 et enregistré pour la première fois une perte nette de 7,4 millions d’euros au cours de l’exercice écoulé. Ce qui l’amènerait à conserver une certaine prudence quant à son expansion à l'export, tout en envisageant, selon le titre, quelques fermetures sur son marché domestique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER