Luxe : fort recul des ouvertures de boutiques en 2017

Si les perspectives sont encourageantes pour 2018, l’immobilier français de luxe a connu seulement 38 ouvertures de commerces en 2017, contre 57 l’année précédente. Des opérations à 82 % menées sur Paris, où le tourisme a repris des couleurs, selon l’analyse du spécialiste du secteur Cushman & Wakefield.


Cushman&Wakefield

Les maigres résultats de l’année 2017 font suite à la chute de 40 % des engagements pris l’année précédente. Sur les 38 ouvertures réalisées, une moitié se compose de créations, à part constante par rapport à 2016. Le ratio des transferts, rénovations et extensions recule de son côté, au profit des boutiques éphémères qui ont représenté 21 % des opérations, contre 16 % un an plus tôt. Les engagements et signatures sont eux en hausse de 30 %, fort d’un regain d’optimisme qui doit mener à 12 ouvertures assurées sur l’année en cours.

"La mode reste le secteur d’activité le plus actif en termes d’ouvertures, pointe Cushman & Wakefield. Elle représente près de 45 % des inaugurations en 2017, cependant en deçà de la part constatée sur les cinq dernières années. Les secteurs de la maroquinerie et de la bijouterie/horlogerie ont pris le relais cette année, totalisant respectivement 8 % et 28 % de l’ensemble des ouvertures. Le groupe LVMH regroupe près de 20 % des ouvertures réalisées ces cinq dernières années". Suivent Richemont (7%), Kering (5 %), Chanel (5 %) et Swatch (5 %).


Cushman&Wakefield

Paris concentre 75 % des ouvertures de boutiques de luxe depuis 2012, et a creusé l’an passé l’écart avec le reste de la France (+32 % contre +18 % en 2016). Le quartier Vendôme/Paix/Saint-Honoré domine, avec environ 40 % des ouvertures sur la période, et même la moitié en 2017. Le Faubourg Saint-Honoré pâtit pour sa part des mesures de sécurité entourant l’Elysée, relocalisant l’attention des investisseurs sur la rue Royale, mais surtout sur la rue Saint-Honoré.

Alors quelles tendances pour 2018 ? Cushman & Wakefield fait part de perspectives d’ouvertures en hausse, accompagnées d’une raréfaction de l’offre disponible pour les grands formats, ceux supérieurs à 200 mètres carrés de vente, sur les artères les plus prisées. Ceci s’accompagnera d’une reprise de l’activité et des mouvements en province, ainsi que d’un phénomène de lissage des valeurs locatives à la hausse sur les artères les plus demandées. Les politiques d’ouvertures seront, de manière générale, conditionnées à certains arbitrages.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER