×
160
Fashion Jobs
PURE
Junior PR Account Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Electro - Belgique
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager Benelux – Wholesale - Fashion - Premium Luxe
CDI · ANVERS
L’ORÉAL GROUP
Key Account Manager - Luxe Division- Start Asap
CDI · Brussels
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
EASTPAK
Digital Strategic Account Specialist - Eastpak
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Marketing Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
V. F. CORPORATION
Senior Treasury Analyst
CDI · BORNEM
PROJECT DISTRIBUTION
Junior Sales Representative
CDI · BRUXELLES
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
L’ORÉAL GROUP
Demand Planner Fmcg
CDI · Brussels
ATELIER VALENTINE AVOH
Stage en Communication
Stage · BRUXELLES
TENUE DE VILLE
Stage en Marketing/Communication
Stage · BRUXELLES
NATACHA CADONICI
Stagiaire Assistant/e Communication /E-Commerce
Stage · BRUXELLES
NATACHA CADONICI
Stagiaire Fashion Designer Assistant
Stage · BRUXELLES
SWAROVSKI
Store Manager Inno Brussel Rue Neuve (35 Hours)
CDI · BRUXELLES
INTIMISSIMI
Shop Assistant Intimissimi Bruxelles
CDI · BRUXELLES
ETREAC AGENCY
Conseillèr(e) en Vente de Produits Cosmétiques de Luxe
CDD · LIÈGE
ETREAC AGENCY
Beauty Consulent
CDD · ANVERS
Publicités

Mode circulaire : 66 marques unies autour d’une campagne Eco TLC

Publié le
today 3 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La chose est assez rare pour être relevée. Soixante-six marques, de tous niveaux de gammes et types de distribution, relaieront simultanément le 5 octobre le lancement d’une campagne nationale de sensibilisation à la seconde vie des produits textile. Une initiative organisée autour de l’organisme de recyclage textile de la filière, Eco TLC, et donc l’accroche #RRR, pour "Réparer, Réutiliser, Recycler", est amenée à s’illustrer via les marques dans les vitrines et sur les réseaux sociaux.


L'un des aspects de la campagne est la remise en question d'idées reçues sur le recyclage textile - Eco-TLC



« C’est un cri de ralliement », pour Alain Claudot, directeur général d’Eco TLC, qui entend par cette démarche accompagner la filière dans sa transition "du prêt-à-jeter au prêt-à-réutiliser". « C’est très certainement la première fois qu’il y a une telle coopération entre les marques et leur éco-organisme (Eco TLC, ndlr). De quoi donner une impulsion qui va s’amplifier de façon virale, mais aussi de façon plus fondamentale via l’adoption de gestes durables par les marques et consommateurs ».

Parmi les 66 entreprises du secteur à se mobiliser pour l’opération figurent, notamment, le groupe Kering, Le Slip Français, Monoprix, Eram, H&M, La Redoute, Balzac Paris, Décathlon, Faguo, ou encore Maisons du Monde et Auchan. Ce sont au total 3 300 points de ventes et 15 000 collaborateurs qui sont mis à contribution. « Ce qui est assez remarquable, c’est d’avoir des acteurs du luxe, de la grande distribution, de la distribution spécialisée, des petites marques, des grandes marques… » se félicite Adèle Rinck, responsable communication d’Eco TLC. « L’objectif est de changer les tendances de fonds, et plein de choses se préparent dans ce domaine dans les prochaines années ».

Déchets à 41 % recyclés ou revalorisés

En plus des initiatives individuelles des marques, la campagne #RRR met à disposition de celles-ci des visuels clefs en main abordant différents angles. Certaines images viseront ainsi à lutter contre les idées reçues entourant le recyclage textile. D’autres proposeront des trucs et astuces permettant de prolonger la vie des produits textiles. Sans oublier une mise en avant des chiffres, aussi conséquents que méconnus, entourant la filière textile et le recyclage.


Les représentants d'Eco TLC et des marques participantes se sont rassemblés à Paris le 3 octobre - Eco-TLC



Chaque année ce sont ainsi 2,6 milliards de produits textile, chaussures et linges de maison qui sont mis en vente dans l’Hexagone, ce qui représente un volume d’environ 9,5 kilos par an et par habitant. Quelque 239 000 tonnes ont été collectées l’an passé, soit 38 % du "gisement" potentiels. Quelque 99,6 % des pièces collectées connaissent une seconde vie, 58,6 % allant vers le marché de la seconde main, et 41 % étant recyclés ou valorisés sous forme de chiffons (10 %), effilochés en vue d'une production de fils (22,6 %), utilisés en combustibles solides de récupérations (8 %) ou éliminé avec valorisation énergétique (0,4 %).

Entreprise privée à but non-lucratif, Eco TLC est financée par plus de 4 200 marques, ce qui permet à ces dernières de se conformer à l’obligation légale faite à la filière française de prendre en charge la fin de vie de ses produits. La France est à ce jour maillée de plus de 45 000 points d’apports volontaires identifiés et conteneurs de récupération, pilotés via plus de 340 organismes collecteurs. Les pièces non-revendues partent ensuite vers 68 centres de tri conventionnés capables désormais de trier 187 160 tonnes de produits à l’année, contre 65 000 tonnes en 2006.

Beaucoup d’idées reçues

« Nous sommes 66 marques mais, en parts de marché, je pense que l’on va toucher un client français sur deux », relevait Caroline Bottin, responsable RSE de Kiabi, à l’occasion de l’annonce de cette campagne le 3 octobre à Paris. « Il n’y a pas chez nous de fierté à mettre autant de tonnes chaque année sur le marché. Mais ce chiffre nous met un coup de pied au derrière, et il peut y avoir une fierté dans la récupération et le réemploi des textiles ». Natacha Arnaud-Battandier, responsable RSE du Groupe Beaumanoir, indique déjà observer les effets de la démarche. « Cette campagne a d’ores-et-déjà eu un effet positif en interne, car cela a permis de mobiliser jusqu’à nos équipes de vente sur cette question ».


66 marques prennent part à cette première campagne - Eco-TLC



Directrice RSE et qualité du groupe IDKids, Séverine Mareels espère que la campagne permettra de dissiper une certaine défiance à l’égard du textile recyclé. « Il y a encore beaucoup d’idées reçues sur les vêtements recyclés, soit sur le fait qu’ils sont sales ou désagréables, ou que les marques se financent deux fois dessus », pour la responsable. « Cette campagne peut faire évoluer ces perceptions ». Du côté de H&M France, cette démarche ne pouvait en tout cas être que collective. « Nous pouvons être perçus comme des concurrents, mais la réalité est aussi que nous avons sur ce sujet besoin les uns des autres », explique pour Julie-Marlène Pélissier, responsable sustainability et corporate engagement de H&M France. « D’où cette volonté de s’associer autour d’un message, quel que soit l’avancement de nos entreprises sur ce terrain ».

Eco TLC entend par ailleurs mettre en avant les démarches circulaires initiées aux différents niveaux de la filière. Qu’il s’agisse de la startup Tilli qui propose un service de couturier à domicile pour donner une seconde vie aux vêtements déjà possédés. Ou Bis Boutique Solidaire, et son magasin de produits vintage sélectionnés parmi des pièces récupérées, et présentés avec des codes visuels des magasins d’habillement neuf. Sans oublier la Filature du Parc, l’entreprise de Brassac qui a notamment développé un outil d’effilochage de la laine visant à en ressortir des fils, et qui souhaite revaloriser coton, polyester et laine usagés.


239 000 tonnes de textiles, chaussures et linges de maison ont été collectés l’an passé en France, dont 41 % ont été recyclés ou revalorisé - Eco-TLC



« Je remarque qu’aux première réunions d’Eco TLC nous étions tous dans la cinquantaine », se souvient son dirigeant, Fabrice Lodetti. « Aujourd’hui, ce sont des gens dans la trentaine. Ces questions sont pour eux des évidences, ce qui n’était pas le cas pour ma génération. On nous demande encore parfois pourquoi nous nous embêtons à faire du fil recyclé. Demain, les marques demanderont pourquoi avoir utilisé des fibres neuves ». Des distributeurs aux filatures en passant par la collecte et le tri, la campagne #RRR a donc d’ores-et-déjà réussi l’un de ses paris : mettre les hérauts de la mode circulaire en ordre de bataille.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com