×
Publié le
14 avr. 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pourquoi Circle Sportswear a réussi à lever un million d’euros un an après son lancement

Publié le
14 avr. 2021

Quelques centaines de t-shirts et leggings vendus en précommande et livrés à l’automne, et la nouvelle marque française d’articles de sport Circle Sportswear, initiée début 2020, lève un million d’euros auprès de business angels renommés, en pleine pandémie. Un démarrage en trombe surprenant pour ce nouvel acteur qui vient se frotter à un marché très concurrentiel. L’appétence des investisseurs tient aussi bien au positionnement du projet, jouant sur plusieurs tendances majeures renforcées par la crise du Covid, qu'au profil de start-upper à succès de Romain Trebuil, cofondateur avec Alex Auroux.


Romain Trebuil - Circle Sportswear


Passé par les services achats de groupes comme Total ou L’Oréal, cet ancien champion de ski et coureur émérite a lancé au mitan des années 2010 une première entreprise dans l’univers des ressources humaines. Chez L’Oréal, le trentenaire identifie une opportunité de marché sur la mise en relation entre freelances et grands groupes. Une réussite. Si bien que le fondateur revend sa structure au groupe Adecco début 2019. Et s’offre un break.
 
"J’étais déjà passionné par les notions d’économie circulaire. C’est un modèle qui doit nous permettre de générer de la croissance sans générer de nouveaux déchets. C’est le modèle économique dans lequel je voulais m’inscrire, explique l'entrepreneur à FashionNetwork. Puis, je suis parti pendant plusieurs mois pour vivre ma passion du surf. Je suis allé en Indonésie, dans les îles, dans le sud du Maroc. Et partout j’ai été extrêmement choqué par l’omniprésence des déchets plastiques. De retour en France, j'ai repris le footing et j'ai constaté que sur mes vêtements de sport il y avait peu de traçabilité et que tous étaient fabriqués à partir de polyester. Cela à l’encontre de mes valeurs".

Fort de son expérience d’entrepreneur, Romain Trebuil s’associe à Alex Auroux, ancien directeur produit et marketing de la plateforme Sport Heroes. Le duo met sur pied le projet Circle Sportswear, travaillant à la fois sur une offre de produits composée de vêtements en matières recyclées, avec un sourcing proche, et une stratégie basée autour de la constitution d’une communauté.
 
"Nous devons aller vite car nous voulons faire face à un problème exponentiel, explique le cofondateur. Donc nous avons d’abord constitué une équipe avec des personnes clés expérimentées au design, à la production et en traçabilité. Nous nous sommes lancés en précommande sur Ulule, il y a un peu plus d’un an avec une offre pour le running et le yoga, avec la vision d’être inclusif et multisport, tout en ayant des produits testés et validés par des sportifs de haut niveau".

Des livraisons de produits à bicyclette


 
L’approche séduit plus de 400 personnes, qui permettent au label de démarrer sa production. Si la pandémie de Covid-19 a modifié les plans de développement initiaux du duo fondateur, le contexte a donné un coup de projecteur au modèle de relation directe avec le consommateur, et de sourcing et production en Europe. Avec la première production, réalisée au Portugal, l’équipe décide de partir à la rencontre de ses premiers clients et de les livrer à vélo avec des rendez-vous à Bordeaux, Lyon, Annecy ou encore Paris. Des opérations qui permettent de créer le premier socle d'une communauté de fidèles autour des notions de pratiques sportives et de production responsable.

"Nous avons des partenaires qui nous suivent sur les matériaux en plastique recyclé et nous travaillons de nouvelles sources d’approvisionnement. C’est l’un des challenges. Nous sommes transparents, quand certains produits ne sont pas 100% recyclés, nous le disons, explique le dirigeant. Mais nous optimisons déjà le design, la réutilisation des chutes, et nous travaillons pour développer des mix entre Lyocel ou Tencel avec des polyamides et du polyester recyclés. L’industrie du sport s’est construite en Asie. Il nous faut construire une chaîne de production en Europe. Actuellement, nous produisons 70% de nos articles au Portugal et 30% en France. Nous avons une collaboration avec Saint James. En moyenne, nos produits font 3.000 kilomètres contre 60.000 pour ceux des grands acteurs du secteur."


La marque veut développer une offre multisport, technique et recyclable - Circle Sportswear


La marque, avec ses précommandes et ses ventes sur stock sur son site, revendique un chiffre d’affaires de 150.000 euros en cinq mois d’activité en 2020. Un démarrage honorable mais qui demande confirmation du potentiel dans un marché occupé par des mastodontes et une myriade de labels. Son offre, qui comporte une dizaine de produits, va devoir notamment monter en puissance. Circle Sportswear veut continuer à se développer avec des lancements en précommande mensuels et travaillera sa notoriété via des collaborations.

Devenir la référence du sport écolo
 


"Dans notre vision, l’objectif est d’être dans deux ans le leader écologique et écoresponsable en France, avant les Jeux olympiques de Paris. Et de nous développer en Europe et dans le monde. Des géants comme Nike et Adidas ont l’historique de leur production en Asie, qui ne leur permet pas d’aller aussi vite sur cette transformation. A l’heure actuelle, nous pouvons recycler nos produits cinq fois en gardant le bon grade de qualité. C’est aussi pour cela que nous devons avoir un sourcing et des productions locales. L’idée c’est d’avoir à terme une plateforme sur l’Europe, une sur les Etats-Unis et une sur l’Asie. Nous avons la chance d’être sur un projet innovant et nous sommes au début de l’histoire."
 
Une histoire qui se veut partagée avec les sportifs. La marque vise à ce que 20% de son chiffre d’affaires soit apporté par son abonnement. Un abonnement qui donne accès à des cours et des événements, ainsi qu’à la possibilité de participer à la conception et au test des futurs produits, mais aussi de pouvoir ramener son produit usagé pour pouvoir le recycler. Mais le gros de l’activité de Circle Sportswear devrait passer par d’autres canaux.

"Nous voulons être dans une approche omnicanale, affirme le fondateur. Notre site n’est pas la seule interface avec nos clients. Nous voulons travailler avec des réseaux qui partagent nos valeurs, que ce soit sur un volet sport comme chez des concept-stores. Nous allons aussi travailler avec les clubs de sport. Et nous voulons tester la vente peer to peer. Plutôt que donner l’argent à Facebook ou Instagram, si l’on peut solliciter des personnes pour présenter nos produits et les rémunérer pour cela, nous serons très heureux de construire un réseau pyramidal de ce type." 

Le lancement des ventes par prescription tout comme le développement en magasins multimarques sont prévus pour la rentrée de septembre. Des projets ambitieux qui devraient amener les équipes à passer les 15 personnes début 2022. Et la création d’un lieu Circle Sportswear? "C’est un rêve pour 2023, glisse Romain Trebuil. J’adorerais disposer d’un espace sur une péniche au cœur de Paris pour nos événements et notre communauté juste avant les Jeux olympiques."
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com