×

Primark analyse l'impact du Covid-19 et va rouvrir ses magasins anglais le 15 juin

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
3 juin 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Rouvrir ses boutiques revêt une importance capitale pour tous les détaillants physiques, mais encore plus pour Primark, qui ne dispose pas de plateforme e-commerce pour compenser son manque à gagner en magasin. L'enseigne britannique a d'ailleurs annoncé des pertes vertigineuses pendant le confinement : près de 650 millions de livres (730 millions d'euros) par mois.


Photo, Sandra Halliday


Mais lundi, Primark a annoncé la réouverture de ses magasins en Angleterre à compter du 15 juin. Tout en indiquant que les premiers résultats commerciaux de ses magasins récemment rouverts sont "à la fois rassurants et encourageants". Selon la société, les consommateurs ont recommencé à acheter en priorité des vêtements pour enfants, des vêtements décontractés et de nuit, ainsi que des produits d'été, notamment des shorts et des tee-shirts, en raison des conditions estivales sur les marchés fraîchement déconfinés.

Les magasins Primark avaient commencé à fermer leurs portes à partir du 11 mars, entraînant une perte de plusieurs centaines de millions de livres par mois. La société a réduit ses coûts pour compenser ses pertes, tout en annulant certaines commandes anticipées. Mais ce sont principalement les mesures gouvernementales de maintien de l'emploi prises dans toute l'Europe qui lui ont permis de garder la tête hors de l'eau.

Ces derniers jours, l'entreprise a pu rouvrir 112 magasins — et tout semble s'être bien passé. Dans le respect des protocoles de distanciation sociale et des mesures d'hygiène mis en place par la direction de l'entreprise, Primark prévoit donc de rouvrir tous ses magasins anglais le même jour. Contrairement à d'autres détaillants qui adoptent une stratégie plus progressive, Primark se dit capable de gérer cette situation inédite — notamment grâce à son expérience dans d'autres pays d'Europe. En revanche, la société prépare des protocoles spécifiques avant de rouvrir, vraisemblablement à la fin du mois, ses magasins d'Irlande du Nord, du Pays de Galles et d'Écosse.

Les 112 magasins déjà rouverts représentent 34 % de sa surface de vente totale. Lorsque les magasins anglais ouvriront leurs portes, Primark pourra compter sur un réseau de 281 points de vente, représentant 79 % de sa surface de vente.

Primark a également inauguré deux nouveaux magasins dont l'ouverture était prévue ces derniers mois : à Mons en Belgique et au Gropius à Berlin, en Allemagne. Un nouvel emplacement sur le sol britannique ouvrira le 15 juin au Trafford Centre à Manchester.


Excédents de stocks



Qu'en est-il de tous les stocks accumulés pendant le confinement ? Au début du déconfinement, Primark disposait d'un stock de 1,5 milliard de livres (1,68 milliard d'euros), tout en restant engagé auprès de ses fournisseurs pour un montant supplémentaire de 0,4 milliard de livres sterling. En comparaison, le total des stocks de l'entreprise s'élève habituellement à environ 0,9 milliard de livres.  L'enseigne britannique passe actuellement "des commandes importantes auprès de [ses] fournisseurs pour créer des stocks saisonniers" d'automne-hiver.

Parmi ces stocks excédentaires, on trouve principalement "des vêtements de tous les jours, des gammes non-saisonnières et n'appartenant pas à notre catégorie 'mode', ainsi qu'un certain excédent de notre collection printemps-été". La nature intemporelle de cet excédent devrait, selon Primark, lui "permettre de reprendre le cours normal de [ses] activités, à une date ultérieure, et sans qu'il soit nécessaire d'accorder des remises spéciales au-delà de [ses] pratiques habituelles".


Une demande abondante



Dans l'ensemble, l'entreprise semble confiante. Les premiers résultats de ses magasins déjà rouverts renforcent son optimisme : ils font état d'une demande abondante. Selon Primark, les premières journées d'ouvertures "ont été à la fois rassurantes et encourageantes, avec des files de clients à l'extérieur de la plupart des magasins et, une fois en magasin, des dépenses généralement plus élevées que d'habitude".

Primark admet toutefois que ces résultats commerciaux "ont été réalisés sur une très courte période, et auront été donc influencés par un certain nombre de facteurs spécifiques. Ils n'indiquent peut-être pas une tendance à long terme". Les ventes cumulées depuis la réouverture, sur une base comparable, "ont globalement diminué par rapport à la même période du dernier exercice". 

Mais pour un certain nombre de points de vente, les ventes sont supérieures à celles du dernier exercice. "Un bon nombre" de ses magasins régionaux obtiennent de bons résultats, et seuls quatre points de vente ont enregistré une baisse de 50 % des ventes par rapport à la même période en 2019. Il s'agit notamment du magasin de Damrak, dans le centre d'Amsterdam, et du magasin de l'Alexanderplatz, à Berlin. Ces deux magasins sont situés au centre de grandes villes et souffrent de l'absence des touristes et d'une fréquentation beaucoup plus faible des clients venus de banlieue.

Sans surprise, Primark va donc prolonger ses initiatives de réduction des coûts. Au Royaume-Uni, par exemple, la société continue de discuter avec ses propriétaires "pour renégocier certaines conditions de [ses] contrats de location". "Aux mois d'avril et mai, nous avons dépassé les recommandations des analystes, qui préconisaient une réduction de 50 % de nos frais généraux", rappelle d'ailleurs Primark.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com