×
860
Fashion Jobs
Par
AFP
Publié le
5 juil. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Printemps-été 2007 : l'élégance masculine se libère des carcans

Par
AFP
Publié le
5 juil. 2006

PARIS, 5 juil 2006 (AFP) - L'homme de l'été 2007 est invité à conjuguer l'élégance et une décontraction sans excès, en puisant dans une garde-robe riche en pantalons courts et vestes souples, et n'hésite pas à associer des éléments du vestiaire sportif, comme les bermudas, à des pièces plus formelles.


Modèle Hermès à Paris - Photo : François Guillot/AFP

"On a vu beaucoup de beaux vêtements, pas forcément spectaculaires, mais des choses qui donnaient envie d'acheter des vêtements", a déclaré Jean-Jacques Picart, consultant pour le groupe de luxe LVMH, en marge de la présentation des collections de prêt-à-porter masculin printemps-été 2007 qui s'est achevée mardi soir à Paris. "Paris était meilleur que Milan" dont les défilés précédaient immédiatement ceux de la capitale française. "On a eu un travail plus équilibré", a-t-il estimé.

Lucas Ossendrijver a explicitement placé sa collection pour Lanvin sous le signe du confort, convaincu que "pour être moderne" le vêtement doit être "confortable". D'où des pantalons retroussés au-dessus de la cheville, des matières assouplies, délavées. Mais l'allure reste d'une totale élégance, sans relâchement.

Elégance et décontraction sont également les maîtres mots chez Vuitton où les golden boys, en chemises de coton à fleurs, se font moins conquérants, ou chez Sonia Rykiel qui privilégie les bermudas amples et les longs gilets de maille surfine.


Un mannequin en Yamamoto au premier jour des défilés de prêt-à-porter masculin pour le printemps-été 2007, le 30 juin 2006 à Paris - Photo : François Guillot/AFP

La décontraction cède le pas à la nonchalance chez Yohji Yamamoto, avec d'amples pantalons retenus par des bretelles, accessoire qui apparaît également ailleurs, notamment chez Francesco Smalto.

Dries Van Noten, quant à lui, associe des pantalons de molleton gris à des chemises strictes, porte le costume avec des tongs.

Chez Francesco Smalto, Franck Boclet revendique un esprit très masculin et ultra élégant" mais a signé un vestiaire qui comprend des costumes-bermudas. L'homme Saint Laurent vu par Stefano Pilati conserve son chic parisien, même en souples tuniques à col montant.

Les collections ont vu parfois les frontières entre sexes se brouiller. Chez Jean Paul Gaultier, qui présentait sa ligne mixte Gaultier 2, chez Bernhard Willhelm, qui proposait des ensembles aux allures de robes à fleurs, chez Hedi Slimane avec ses noires silhouettes androgynes pour Dior...

Les cinq jours de défilés auront été marqués par le retour de Pierre Cardin et le départ de Naoki Takizawa de la maison Issey Miyake.

Pierre Cardin, qui n'avait pas présenté de collection masculine à Paris depuis dix ans, s'est montré plus que jamais tourné vers l'avenir. Il a proposé des vêtements munis de fentes d'aération, des classiques revisités et annoncé pour 2007 des vêtements avec un système d'air conditionné.

Naoki Takizawa, de son côté, signait sa dernière collection pour Issey Miyake, très fraîche en vert et blanc, d'allure jeune et sportive. Le styliste, directeur de la création pour Issey Miyake Homme depuis 13 ans et qui s'apprête à développer sa propre marque au sein du groupe, a été longuement applaudi.

Enfin, chez Dior, aucune information n'a filtré concernant le départ éventuel du créateur Hedi Slimane, en pleine renégociation de son contrat, qui fait l'objet de rumeurs depuis plusieurs semaines. "Pas de commentaires", a déclaré le PDG de Christian Dior Couture, Sidney Toledano, en marge du défilé.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.