×
160
Fashion Jobs
PURE
Junior PR Account Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Electro - Belgique
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager Benelux – Wholesale - Fashion - Premium Luxe
CDI · ANVERS
L’ORÉAL GROUP
Key Account Manager - Luxe Division- Start Asap
CDI · Brussels
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
EASTPAK
Digital Strategic Account Specialist - Eastpak
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Marketing Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
V. F. CORPORATION
Senior Treasury Analyst
CDI · BORNEM
PROJECT DISTRIBUTION
Junior Sales Representative
CDI · BRUXELLES
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
L’ORÉAL GROUP
Demand Planner Fmcg
CDI · Brussels
ATELIER VALENTINE AVOH
Stage en Communication
Stage · BRUXELLES
TENUE DE VILLE
Stage en Marketing/Communication
Stage · BRUXELLES
NATACHA CADONICI
Stagiaire Assistant/e Communication /E-Commerce
Stage · BRUXELLES
NATACHA CADONICI
Stagiaire Fashion Designer Assistant
Stage · BRUXELLES
SWAROVSKI
Store Manager Inno Brussel Rue Neuve (35 Hours)
CDI · BRUXELLES
INTIMISSIMI
Shop Assistant Intimissimi Bruxelles
CDI · BRUXELLES
ETREAC AGENCY
Conseillèr(e) en Vente de Produits Cosmétiques de Luxe
CDD · LIÈGE
ETREAC AGENCY
Beauty Consulent
CDD · ANVERS
Publicités

Ralph Lauren présente son documentaire biographique à Paris

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 15 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le film s’ouvre sur un discours d’une Audrey Hepburn visiblement émue. C’était en 1992, et l’actrice américaine et icône de mode incontournable remettait à Ralph Lauren le prix du Council of Fashion Designers of America (CFDA) pour toute sa carrière. Il aura fallu attendre près de 20 ans de plus pour que le créateur âgé de 80 ans ne revienne sur son demi-siècle de carrière dans l’industrie textile, en passant pour l’occasion face caméra pour raconter son histoire et se livrer dans un documentaire biographique.


Susan Lacy a réalisé le documentaire «Very Ralph» - HBO


« Il y a un aspect cinématographique dans l’œuvre de Ralph Lauren, qui reflète ses inspirations et l’influence du cinéma classique et contemporain. Son travail ressemble beaucoup à celui d’un réalisateur », sourit Guillaume Jouhet, le directeur général de la plateforme audiovisuelle française OCS, qui projettera le documentaire "Very Ralph" le 16 novembre à 23 h. Il est déjà disponible sur HBO USA depuis le 12 novembre. Pour le découvrir en avant-première, le créateur a organisé une projection privée en présence d’une centaine d’invités au cinéma parisien de Beauregard. Un cadre aux airs de Nouvelle Vague au cœur de Saint-Germain-des-Prés, à quelques centaines de mètres du flagship de la marque où continuait la soirée avec des bouteilles de Coca-Cola et pop corn personnalisés en clin d'oeil à la culture nord-américaine.

La documentariste Susan Lacy, réalisatrice et productrice du film, est bien connue pour son éclectisme. C’est son goût des défis qui l’a amenée à prendre sous son aile des projets comme "Jane Fonda in Five Acts" ou "Spielberg". "Very Ralph" revient sur cinquante ans de carrière et de vie du créateur américain : les instants de nostalgie d’un album de famille ou de vidéos Super 8 intimistes cèdent le pas à des interviews avec des journalistes de mode, des créatrices, des mannequins et d’autres personnalités du secteur. Un bon moyen de découvrir quelques-unes des multiples facettes de ce personnage essentiel de l’histoire de la mode.


Trailer de "Very Ralph" - HBO


Comme Calvin Klein, Ralph Lauren est né dans le quartier new-yorkais du Bronx. Sa famille ne s’y trompait pas et a commencé très jeune à le percevoir comme une personne au style et à la sensibilité hors du commun. Sa capacité de sublimer les pièces et sa volonté de remettre au goût du jour des tenues masculines iconiques du cinéma des années 40 et 50 allaient l’inciter très jeune à lancer sa propre marque. En quelques années à peine, le jeune prodige passait de la confection de cravates à la création d’une garde-robe complète pour homme, puisant aussi bien dans le côté rebelle de James Dean que dans l’élégance de Humphrey Bogart ou la virilité de Steve McQueen. En chemin, il ne perdra qu’une chose : son nom d’origine juive, troqué pour un patronyme plus commercial et moins connoté sur les conseils de son grand frère. C’est ainsi que Ralph Lifschit devient Ralph Lauren, bien avant de savoir que ce nom deviendrait un jour synonyme d’un empire.

« Je n’aurais jamais cru que je finirais par créer des vêtements pour femme », s’étonne Ralph Lauren. Son coup de crayon et sa connaissance de la confection vestimentaire lui ont permis d’apposer un style clairement identifiable à toutes ses collections et toutes ses lignes, qui vont maintenant jusqu’à la décoration et au "lifestyle". Une évolution que le documentaire présente en parallèle de la construction de son image de marque. Et on ne saurait oublier son talent pour créer des campagnes inoubliables, se positionner comme la référence du rêve américain ou encore prendre de l’avance sur des tendances comme la libération féminine, la mode inclusive ou le streetwear.


Ricky et Ralph Lauren lors de la première de 'Very Ralph' à Paris - Ralph Lauren


Arriver à créer et à transformer son entreprise en référence internationale fait partie de ses plus grands tours de force. Il est loin, le premier point de vente chez Bloomingdale’s, à New York ! Aujourd’hui, le créateur cède des licences et signe des défilés très médiatisés. Il est même allé jusqu’à introduire sa société en bourse, malgré la difficulté à trouver un PDG d’une envergure suffisante pour porter les projets d’avenir de Ralph Lauren. Une importante responsabilité, puisque l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars en 2018.

Et qu’en pense la directrice de Vogue USA, Anna Wintour ? « Ralph Lauren n’a jamais vraiment voulu être à la mode, ni être démodé. Il a voulu arriver quelque part et y rester, faire partie du système et se convertir en un empire digne de Nike ou Coca-Cola », commente-t-elle à propos de cette icône par excellence de la mode américaine. Et nombreux sont ceux qui partagent cette opinion : Hillary Clinton, Woody Allen, Naomi Campbell, Donna Karan, Calvin Klein, Jason Wu, Jessica Chastain, Diane von Furstenberg ou encore André Leon Talley. Sans mentionner son homologue européen, le regretté Karl Lagerfeld, qui a reconnu l’influence de Ralph Lauren comme ambassadeur de la culture américaine. « Ralph Lauren est une espèce de cow-boy. Mais lui, ça lui va bien. Moi, je serais ridicule, mais lui non », s’amusait le génie allemand.

À l’heure du bilan, le créateur et entrepreneur américain a les yeux tournés vers sa famille et leurs discrets séjours dans des écrins cachés en pleine nature. « J’adore mon travail », assure-t-il alors que se succèdent les images du défilé anniversaire des cinquante ans de la marque, orchestré à New York en septembre 2018. Et que réserve l’avenir après tous ces succès ? « Quand on me demande si les défilés arrivent encore à me stresser après toutes ces années, je réponds : ‘C’est une blague ?’ Ils m’oppressent aujourd’hui plus que jamais. Parfois, il faut réaliser ses rêves pour les connaître », conclut Ralph Lauren. Une conclusion célébrée, à l'écran, par les 200 invités de Central Park, tout comme par les applaudissements nourris des spectateurs d’un petit cinéma parisien.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com