×
193
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Romeo Gigli dévoile une première collection aux accents romantiques

Publié le
today 15 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Romeo Gigli amorce sa relance. Fondée en 1983 par le célèbre couturier éponyme, la maison a été rachetée en 2011 par trois investisseurs italiens via la société Eccentric. Une fois posées les bases du projet, la direction créative a été confiée à Alessandro De Benedetti, qui a dévoilé mardi à Milan sa première collection.
 

Romeo Gigli a confié sa première campagne au photographe hongrois - Szilveszter Makó


Le designer (45 ans), qui a multiplié les expériences, en passant notamment chez Thierry Mugler dans les années 1990, avant de lancer son propre label et de prendre la direction créative de Mila Schön de 2013 à 2018, a voulu se centrer pour ce premier essai sur le prêt-à-porter féminin et les robes de cocktail et de soirée.
 
« Il s’agit d’une collection capsule de 35 pièces pour le printemps-été 2020, très féminine, poétique et expérimentale dans les constructions, qui reprend les tonalités typiques de Romeo Gigli. Pour l’automne-hiver 2020-21, la marque fera son retour dans le calendrier de la Fashion Week de Milan avec la présentation d’une collection plus ample d’une soixantaine de vêtements, focalisée sur les robes, mais aussi sur les pièces à manches sartoriales. L’accent sera mis davantage sur l’expérimentation et des couleurs intenses », explique le styliste à FashionNetwork.com.

Dans cette première collection, Alessandro De Benedetti propose des robes drapées et à volants dans des étoffes impalpables, comme le chiffon, la soie lavée, la viscose, le tulle et des tonalités presque poussiéreuses issues d’une palette Renaissance, typique du couturier (kaki, bleu océan, violet, pervenche, vieux rose). On retrouve des échos du travail de Romeo Gigli notamment dans l’allure romantique de certaines silhouettes intemporelles prenant forme avec légèreté et fluidité autour du corps.
 
« Les habits sont tous coupés en biais et construits directement sur le mannequin, en suivant le tombé des étoffes, qui glissent avec naturel sur le corps, et sont noués ensuite à la taille par des nœuds en forme de pétales », indique Alessandro De Benedetti, qui a garni certaines manches évasées de soie lurex pour ajouter du volume.


L'une des silhouettes Romeo Gigli pour l'été prochain - Szilveszter Makó


Ailleurs, il a utilisé une popeline de coton pour réaliser une mini-robe bustier à volants, tandis que des robes de vestales drapées font penser à Madeleine Vionnet. La garde-robe est composée aussi de pantalons amples, ainsi que de cabans et tuniques kimono.

La maison a installé ses bureaux à Milan et confié sa production à P.J. Project, un fabricant de Gallarate, au nord de Milan, qui travaille pour différentes griffes. La distribution mondiale est gérée quant à elle en exclusivité par Studiozeta.org, qui annonce d’ores et déjà une vingtaine de boutiques multimarques entre l’Italie, la Russie et le Moyen-Orient. La marque souhaite se positionner sur un luxe accessible avec des robes venues autour de 800 euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com