Royaume-Uni : les prix ont connu leur plus grand recul depuis janvier 2017

En mai, les prix de vente britanniques ont connu le recul le plus marqué depuis janvier 2017, selon une étude. Elle vient renforcer la thèse d’une inflation post-Brexit dont le pic a été dépassé.


Les prix des articles non-alimentaires accusent leur plus grosse chute depuis août 2016, avec - 2,5 % sur 12 mois - Reuters

Les prix de vente globaux ont chuté de 1,1 % sur une période d’un an, selon les données du British Retail Consortium (BRC). L’étude du BRC met en évidence un écart grandissant entre des prix de l’alimentaire en hausse et des tarifs en récession pour tous les articles non-alimentaires.

Le prix des articles non-alimentaires connaît sa plus grosse chute depuis août 2016, avec -2,5 % entre mai 2017 et mai 2018, tandis que l’inflation dans l’alimentation passe de 1 % en avril à 1,2 % aujourd’hui. « Ce mois-ci, l’inflation dans l’alimentation a augmenté en raison de facteurs météorologiques, du prix du pétrole et d’autres conditions géopolitiques qui ont un impact sur les marchés mondiaux de l’agriculture. Mais nous nous attendons à une baisse des prix globaux dans les prochains mois », analyse la directrice en chef du BRC, Helen Dickinson.

La semaine dernière, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a admis que l’inflation allait probablement augmenter légèrement dans les prochains mois, avant de recommencer à baisser. La Banque d’Angleterre a déclaré s’attendre à une hausse graduelle des taux d’intérêt ces trois prochaines années.

L’inflation en Grande-Bretagne a connu une augmentation brutale après le référendum de 2016 qui s’est soldé par la décision de quitter l’Union européenne, ce qui a conduit à une dévaluation de la livre. L’impact de cette devise plus faible a cependant tendance à diminuer, selon le BRC.

Les dépenses des consommateurs sont en conséquence en repli depuis plus d’un an en raison de cette inflation supérieure aux attentes.

La Confédération de l’Industrie Britannique (CBI) révèle dans sa dernière étude publiée mardi que les entreprises centrées sur le consommateur comme les hôtels et les restaurants ont vu leurs ventes baisser ces trois derniers mois. Mais les services commerciaux et professionnels connaissent en revanche leur croissance la plus rapide depuis août 2015.

« L’augmentation des coûts exerce une pression sur les marges dans tous les secteurs, mais dans les services commerciaux et professionnels, les volumes de vente aident à installer une rentabilité », explique Rain Newton-Smith, l’économiste en chef de la CBI.

Traduit par Clémentine Martin

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.

ModeBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER