SMCP : accélération de la croissance des ventes au deuxième trimestre

Paris (Reuters) - SMCP, propriétaire des marques de mode Sandro, Maje et Claudie Pierlot, a fait état jeudi d'une accélération de la croissance de ses ventes au deuxième trimestre et a confirmé son objectif annuels.


Maje

Le chiffre d'affaires de SMCP, détenue majoritairement par le groupe de distribution chinois Shandong Ruyi, a progressé de 10,1 % au deuxième trimestre à 265,7 millions d'euros (+9,5 % sur le semestre), après 9 % au premier trimestre.    

Le groupe déclare au passage avoir renoué avec la croissance au cours du second trimestre sur la France. Les ventes françaises ont progressé de 0,5 % à 87,5 millions d'euros au deuxième trimestre, sous l'effet de la croissance de Sandro et Maje, ne compensant cependant pas le recul du premier trimestre (baisse de 1,8 % au premier semestre).
 
Au niveau des grandes régions, les ventes dans la zone Europen Moyen-Orientn Afrique ont progressé de 8 % au cours du trimestre, pour atteindre 79,4 millions d’euros, bien qu’elles aient légèrement diminué par rapport au premier trimestre. Sur le semestre, la hausse est de 9,2 %. Cela est notamment dû aux conditions de marché difficiles au Royaume-Uni, affectées par les incertitudes liées au Brexit, et en Suisse, où le tourisme a ralenti. Mais l'Espagne, l'Italie et l'Allemagne « ont continué à être très dynamiques ».
 
Les Amériques ont progressé de 19,3 %, pour atteindre 37 millions d’euros, et 14 % pour le semestre, bien que ces pourcentages aient été fortement dopés par les taux de change, les augmentations neutres étant de 13,3 % et 7,2 % respectivement. La société a déclaré que la zone Amériques avait connu des difficultés en raison du ralentissement du tourisme, mais que c'était une bonne performance, néanmoins aidée par de nouveaux magasins.
 
Dans le même temps, l’Asie-Pacifique a progressé de 24,6 %, à 61,8 millions d’euros, et de 28,5 % au premier semestre. C’est moins rapide qu’il y a un an, mais la croissance de près de 50 % au deuxième trimestre de l’année dernière allait être difficile à suivre dans la région. Mais alors que la Chine continentale prenait de l'avance au deuxième trimestre, les manifestations à Hong Kong ont pesé sur les ventes dans ce pays. Toutefois, dans l’ensemble de l’Apac, la direction a déclaré « de très nets progrès dans le numérique, y compris des résultats prometteurs sur JD.com ».
 
Par marque, les gains les plus importants ont été réalisés par Sandro et Maje au deuxième trimestre. La croissance trimestrielle de Claudie Pierlot a été inférieure à celle du premier trimestre.
 
Les ventes de Sandro ont augmenté de 10 % au deuxième trimestre, pour atteindre 129,9 millions d’euros, soit une croissance supérieure à celle de 8 % enregistrée au premier trimestre. Et SMCP s'attend à une nouvelle montée en puissance de la marque, notamment en raison de son partenariat avec Farfetch, annoncé récemment. Maje a poursuivi sur sa lancée et a progressé de 12 % au deuxième trimestre, pour atteindre 105,4 millions d’euros ; pour le semestre, la hausse se porte à 11,9 % grâce à l’ouverture de nouveaux magasins.
 
Mais les ventes de Claudie Pierlot n’ont progressé que de 4,9 %, à 30,4 millions d’euros, et sont moins dynamique qu’au premier trimestre. Pour le semestre, la hausse est de 8 %. Elles ont été affectées par « le manque de pièces estivales claires dans sa collection printemps-été et par une exposition plus faible aux marchés internationaux en forte croissance », mais la marque a continué d'ouvrir de nouveaux magasins à l'international.
 
Le PDG, Daniel Lalonde, a expliqué comment la société avait concentré ses efforts sur les ventes à prix plein et sur « l’accélération de notre parcours numérique grâce à des partenariats avec JD.com et Farfetch, qui complètent parfaitement la présence croissante du groupe dans le domaine numérique ».
 
Le groupe, qui s'est positionné sur le luxe dit « accessible », vise pour 2019 une croissance de son chiffre d’affaires comprise entre +9 % et +11 % à taux de change constant, ainsi qu’une marge d’Ebitda ajustée stable par rapport à 2018, en excluant l’acquisition de la marque de vêtements masculins De Fursac.

Avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER