×
173
Fashion Jobs
MAISON DEGAND
Inventory Control Manager
CDI · BRUXELLES
MAISONS DU MONDE
Visuel Principal - Mons (H/F)
CDI · MONS
CALZEDONIA
District Manager Belgique - Calzedonia Group
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
E-Commerce & Digital Media
CDI · NIVELLES
L'OREAL GROUP
Key Account Manager
CDI · Brussels
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
Marketing Manager on et Off Line
CDI · WATERLOO
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Jodoigne
CDI · JODOIGNE
ETREAC AGENCY
Planning Officer
CDI · NAMUR
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Showroom / Assistant(e) Commerciale – Fashion Wholesale - Benelux (Bruxelles)
CDI · BRUXELLES
PROJECT DISTRIBUTION
Responsable E-Commerce /Digital Marketing
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Erquelinnes
CDI · ERQUELINNES
COURIR
New Market HR Officer - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
KIPLING
Manager, PR &Amp; Social - Kipling
CDI · ANVERS
FASHION & LUXURY SELECTION
District Manager - Belgique
CDI · BRUXELLES
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Administratif & Financier – Retail Ameublement – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Category Manager/Acheteur – Retail – Charleroi
CDI · CHARLEROI
TAILOR&FOX
Assistant Store Manager
CDI · VIENNE
AMERICAN VINTAGE
Verkoopsmedewerker 15h (m/v)
CDI · KNOKKE-HEIST
Publicités

Taxation des Gafa : Paris et Berlin veulent trancher d'ici la fin de l'année

Par
AFP
Publié le
today 7 oct. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La France et l'Allemagne sont d'accord pour trancher sur la taxation des géants du numérique, en particulier les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), « d'ici la fin de l'année 2018 », a affirmé dimanche le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.


Une solution sur la taxation des Gafa trouvée avant la fin de l'année - AFP


« Nous nous sommes mis d'accord sur un point important qui a été mentionné par le ministre des Finances (allemand) Olaf Scholz, il y a quelques heures, c'est que nous trouverions un accord et qu'il y aurait une décision d'ici la fin de cette année 2018 », a déclaré Bruno Le Maire sur Europe 1.

« Il reste des partenaires européens réticents » pour mettre en place cette taxation, mais « la France a fait une proposition qui a permis de débloquer les choses en disant qu'il y aurait une "clause d'extinction" », a-t-il affirmé dans Le Grand Rendez-Vous, organisé avec Les Echos et CNews.

Cette clause stipule que « dès qu'il y aura une solution au niveau de l'OCDE, une solution globale et internationale », cette solution « prendra la place de la solution européenne », a-t-il expliqué.

La Commission européenne a proposé la mise en place d'une taxe assise sur le chiffre d'affaires des plateformes numériques.

L'Irlande où plusieurs géants du numérique ont installé leur tête de pont européenne s'oppose farouchement à cette taxe.

Par ailleurs, Paris veut absolument parvenir à un accord sur le renforcement du Mécanisme européen de stabilité (MES) et sur la création d'un fonds de réserve de « quelques dizaines de milliards d'euros s'il y a de nouveau un problème bancaire dans la zone euro », a estimé Bruno Le Maire.

Il faut arriver à un accord en décembre 2018, « ni plus tôt ni plus tard », a-t-il dit.
Ce sont des décisions « encore plus urgentes » que celles sur un futur budget européen, a-t-il jugé.

Paris et Berlin ont « passé des nuits blanches » pour arriver à l'accord « historique » entre la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron sur l'avenir de la zone euro en juin, a-t-il rappelé. « Maintenant qu'on a la feuille de route, il faut décider », a-t-il souligné.

S'agissant de l'Italie, accusée par Bruxelles de laisser filer son déficit public, Bruno Le Maire s'est gardé d'ajouter de l'huile sur le feu. « Nous jugerons sur les actes », a estimé Bruno Le Maire. « Attendons de voir très exactement quel sera le budget, le niveau de déficit » choisi par Rome, a-t-il déclaré, en soulignant qu'il avait changé à plusieurs reprises ces dernières semaines. Mais la Commission européenne est « parfaitement légitime » lorsqu'elle évalue la conformité d'un budget national aux règles européennes, a-t-il aussi averti.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.