Trussardi progresse en 2016 et dément les rumeurs de vente

Trussardi n’est pas à vendre. La famille éponyme, contrôlant la griffe de prêt-à-porter italienne via la holding Finos, affirme dans un communiqué de quelques lignes « qu’il n’y a pas de négociations en cours pour la cession de l’entreprise ». Elle dément ainsi les informations publiées par MF Fashion ce jeudi, selon lesquelles elle serait en quête « d’un partenaire stratégique ».

La maison italienne concentre son offre autour de sa ligne principale et de sa ligne jeune Trussardi Jeans - Trussardi

Le quotidien milanais, qui cite des sources bancaires, évoque parmi les potentiels investisseurs intéressés le fonds italien Investindustrial d'Andrea Bonomi, comptant notamment dans son portefeuille la marque de souliers de luxe Sergio Rossi.

« Toutes les activités industrielles du groupe Trussardi sont actuellement concentrées sur l’obtention des objectifs de développement prévus dans le plan industriel », souligne la maison dans son communiqué.

L’entreprise, qui a redéfini son actionnariat l’an dernier - la griffe est détenue par les frère et sœur Tomaso (50 %) et Gaia Trussardi (25 %) ainsi que par leur mère, Maria Luisa Gavazzeni (25 %) -, avait lancé à cette occasion un plan quinquennal 2017-21 visant à repositionner la marque dans le segment du luxe accessible en se concentrant désormais sur deux lignes principales : Trussardi, à l’esprit « Elegantly cool », et Trussardi Jeans, une ligne plus jeune et sportswear.

Cette nouvelle stratégie s’est accompagnée du renouvellement à 80 % de la ligne managériale, ainsi que d’une profonde restructuration du réseau de vente multimarque, plus sélectif, et du réseau de magasins monomarques avec, à la clé, la suppression des points de vente les moins performants.
 
Trussardi se trouve ainsi dans une phase de transition, que reflètent les résultats de son exercice 2016. Finos, qui contrôle la marque, a clos 2016 avec un chiffre d’affaires de 182 millions d’euros, en hausse de 27 % par rapport à 2015. Cependant, la société accuse encore des pertes pour 2016, mais celles-ci se sont réduites par rapport à l’année précédente. Ainsi, la perte nette s’est établie à 7,5 millions d’euros, tandis que la perte opérationnelle est passée à 13,6 millions d’euros contre 25,7 millions un an plus tôt.

Le label revendique un réseau de 134 boutiques monomarques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER