Un défilé-témoignage sur les agressions sexuelles

New York, 10 fév 2018 (AFP) - Toutes ont été victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle: vendredi, huit jeunes femmes ont profité de la Semaine de la mode de New York pour témoigner des abus subis, symbole d'une parole retrouvée et de l'impact du mouvement #MeToo aux Etats-Unis.

AFP / ANGELA WEISS

Pas de mannequin vedette ni de lieu prestigieux pour ce défilé très politique concocté par la Française Myriam Chalek, qui s'est fait connaître en organisant des présentations avec des personnes souvent marginalisées : personnes de petite taille l'an dernier à Dubaï, ou mal-voyantes lors de la Semaine de la mode parisienne en 2016.

Les moyens étaient modestes : salle prêtée par un hôtel bon marché non loin de Times Square, avec du papier blanc déroulé à la va-vite sur la moquette pour guider le passage des "mannequins ».

Depuis le début de la Fashion Week jeudi certains défilés ont fait référence au #MeToo et #TimesUp, comme Tom Ford avec ses sacs marqués « Pussy Power », la créatrice de 30 ans en avait fait la raison d'être de son défilé.

« En tant que femme, vous avez une responsabilité de contribuer au changement », a-t-elle déclaré à l'AFP. « Si vous dites "il est temps que ça change ou 'Time's Up'", vous vous devez de faire quelque chose », faisant référence à l'organisation créée par plusieurs centaines d'actrices pour financer la défense de victimes d'agressions sexuelles au travail.

Les vêtements n'avaient guère d'importance même si les tenues combinaient systématiquement « matières fortes » comme cuir et fourrure, et « matières délicates », comme soie et tulle, histoire de marquer tant « la féminité » que la « force » des femmes, selon Myriam Chalek.

Le but était autre: faire témoigner des femmes. La condition pour le recrutement des mannequins du jour était qu'« elles aient été victimes de comportement sexuel inapproprié ».

Après avoir marché sagement au milieu de quelque 200 invités, les huit mannequins ont pris le micro à tour de rôle, debout, chacune à côté d'un homme tout de noir vêtu, le visage sous un masque de cochon en référence à la campagne #balancetonporc.

En quelques minutes, elles ont raconté leur histoire, souvent vieille de plusieurs années, lorsqu'un ami de la famille, un petit ami ou un prédateur sur Internet les a coincées et leur a fait subir harcèlement, attouchement ou viol, qui sur un campus universitaire, qui dans un jardin public ou chez un parent. Leur voix tremblait parfois.

« Je suis un peu secouée », a déclaré l'une d'elle, après avoir raconté en détails comment elle avait été violée par un flirt et comment elle n'avait pas osé en parler à sa mère pendant des semaines.

« Etre ici et parler de ça est tellement important. Je suis vraiment désolée d'avoir à dire "Me Too" mais je suis aussi heureuse qu'on fasse quelque chose, enfin », a-t-elle conclu, sous les applaudissements du public.

Après ces tragiques récits suivis d'un lourd silence, la styliste a estimé que son objectif était atteint. « D'habitude, je n'aime pas le silence », mais là « il me plaît car j'ai l'impression que vous avez vraiment ressenti » quelque chose, a-t-elle déclaré. « Je ne dis pas que ce défilé va changer les choses du jour au lendemain, mais j'ai l'espoir que vous allez quitter cette pièce et en parler, et que vous serez mieux informés. »

Avant le défilé, elle avait estimé que « si on arrive à faire sortir du silence (...) ne serait-ce qu'une seule femme, ce sera déjà une réussite ».

Par Catherine Triomphe

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER